Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Interview

Il prépare la place pour «El Loco». Nommé sur le banc lillois le 14 février dernier en remplacement de l'intérimaire Patrick Collot, l'ancien N° 1 de l'OM Franck Passi s'effacera au profit de Marcelo Bielsa à l'intersaison – le technicien argentin ayant paraphé un contrat portant sur 2 années. Avec une unique ambition pour le milieu, qui fera 51 ans le 28 mars, passé par le TFC entre 1988 et 1990 : laisser le Losc en élite. Interview lendemain de victoire (2-1) contre Bergerac en 8e de Coupe de France.

Franck, une qualification dans la douleur, ça fait du bien au moral, non ?

Dans la douleur, c'est un bien grand mot… Car on n'a fait qu'attaquer pendant tout le match ; on a eu des situations, on aurait dû respecter un peu plus le jeu en les mettant au fond, c'est ce qu'il nous a manqué. Après, le scénario est à suspense (égalisation de Bergerac à la 90+1, but vainqueur de Lille à la 90+4), mais la victoire est très logique.

Bonne soirée puisque la Commission de discipline vous a relâché et Rio Mavuba et Julian Palmieri (exclus face à Bordeaux, les deux joueurs sont déjà requalifiés).

Oui, un beau jeudi. Je vais disposer de 2 cartouches en plus.

De toute façon, l'équipe alignée en Coupe risque d'être lointaine de celle que vous allez composer dimanche…

Il y aura des changements, c'est sûr.

Le match arrive vite : très ou trop ?

Il arrive. D'où je viens, j'étais habitué à ce genre de planning avec 2 rendez-vous par semaine. Aujourd'hui, on fait récupérer ceux qui ont joué et travailler ce qui n'ont a contrario pas joué. Mise en place ou pas, nous serons prêts. De surcroît, on a pu éviter la fatigue inhérente aux voyages. Les soirs de match, personne ne dort. L'excitation fait que souvent on va au lit sur les coups de 3 heures. Là, ça a correspondu avec notre retour à l'hôtel sur Toulouse.

Vous avez vos repères ici ?…

Cela a beaucoup changé depuis 1990 quand je suis parti.

Vous avez signé mi-février. On imagine que votre but premier est de cerner le plus possible votre effectif, particulièrement chamboulé au mercato hivernal (7 recrues le dernier jour !)…

L'effectif est tel qu'il est. Il était déjà conséquent avant le marché et riche de quelques jeunes.

Pour le TFC, comme nous avons fait tourner ce jeudi à Libourne, nous serons 27 éléments. Maintenant, nous n'avons qu'une seule chose à l'esprit : se sauver tous ensemble. Le plus rapidement possible.

Les renforts, il vous faut quand même les appréhender ?

à dire vrai, mon XI idéal, je l'ai quasiment en tête. évidemment, l'on continue de visionner des images puis le match d'hier soir (jeudi) permet également de se faire un jugement plus précis.

Vous êtes adepte du 4-2-3-1 ?

Je suis adepte du système qui sied le mieux à mes joueurs. Et fait gagner des matches.

Le TFC, qu'en pensez-vous ?

C'est une équipe de combat, qui est parvenue cet hiver à capter un bon buteur et qui va lui permettre d'être très dangereuse devant.

En effet : à domicile, depuis 2 journées, le tarif-maison est de 4 buts par match. Ces derniers temps, il fait sale temps au Stadium pour l'adversaire…

Ouais, c'est vrai. Toulouse fonctionne bien. Entre Jean, Delort Braithwaite et Trejo, il y a de quoi faire. Il y a du talent.

Votre parade, ce sera la maîtrise de ce quatuor ?

Amener les Toulousains à moins bien jouer, les bloquer. Mais essayer aussi de marquer.

Sinon, gardez-vous un souvenir ému du Stadium ?

J'ai joué dans 4 autres clubs en France. J'ai été formé à Montpellier, j'ai évolué 2 saisons à l'OM, 3 à Toulon, 1 à Monaco. Au bout d'un moment, l'émotion s'estompe, ça fait partie de la carrière. Cependant, le plaisir de refouler l'île du Ramier est toujours présent.

Ce sera votre Première sur les bords de Garonne en tant que coach en chef ?

Oui.

être engagé dans une mission de 6 mois, n'est-ce pas gênant dans l'approche ou le relationnel avec les joueurs ?

Pas du tout. Dans la mesure où tout est à plat, tout le monde sait tout en somme. Jusqu'au mois de juin, c'est moi l'entraîneur, c'est moi qui prend les décisions.

Après ?

Sincèrement, je suis focalisé sur le présent.

Et cet été Bielsa débarque !

Voilà. Exactement.

Revenons au terrain : y a-t-il une clé au match ?

Continuer à engranger de la confiance.

Trois victoires à l'extérieur (1-0 à Bordeaux et 2-1 à Lyon), ce n'est pas anodin…

Cette cuvée a de la qualité. Sauf que nos 3 défaites en février ont entamé le mental des troupes.

Votre calendrier paraît assez compliqué…

(il coupe)... comme celui des 8 équipes concernées par la même lutte, au-dessous de 32 points. J'ai regardé les programmes de chacun. Ce sera celui qui démontre le plus de cran pour supporter la pression d'être dans les zones troubles, qui s'en sortira.

De l'OM au Losc, vous soufflez le chaud et le froid !

Le soleil, la pluie, le vent : tous ces éléments sont accessoires…


23 joueurs contre 27 …

à 24 heures du coup d'envoi, chacun fourbit ses armes – entre logistique et casse-tête. Tandis que le Lille Olympique Sporting-Club a préféré directement rallier la Ville rose suite au compostage de son billet pour les quarts de finale de la Coupe de France, avant-hier à Libourne devant la CFA de Bergerac, le Toulouse Foot-ball-Club se présente au complet. Nonobstant ses 3 blessés longue durée, aux adducteurs : Akpa Akpro et Musavu-King (soins), Michelin (reprise). «Quand c'est embarrassant c'est bon signe, se réjouit le coach savoyard Pascal Dupraz. Plus mes choix pour restreindre le groupe sont cornéliens, mieux je me porte si j'ose. AlexisBlin (voûte plantaire) s'est entraîné ce matin (hier) avec 22 de ses camarades.»

Du côté du Golf de Seilh, la délégation nordiste, déjà forte de 25 éléments, a elle vu le renfort des 2 «épargnés» par la LFP, Mavuba et Palmieri.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques