Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et Lucas Serdic pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Une danse des fesses bien rythmée. L’expression, l’invitation même, n’est pas de notre fait. C’est Pascal Dupraz qui avait lancé l’idée cette semaine en tançant ses joueurs bien à sa façon : « Contrairement à ce que les garçons ont montré à Lyon dimanche dernier (revers 0-4), il faudrait qu’ils se bougent tous ensemble. Pas que l’un fasse le pressing pendant que son collègue, à deux pas, dort ! »


On aurait aimé être une petite souris, hier sur les coups de 20h45, pour savoir ce qui s’est dit dans le vestiaire toulousain… Car, à la reprise, force est de constater que les Violets sont revenus avec de bien meilleures intentions après, il est vrai, une première mi-temps où les spectateurs eurent besoin d’une – ou plusieurs – thermos de café pour tenir le coup. Bref, l’entrejeu (à l’instar de Jessy Pi, préféré au coup d’envoi à Yann Bodiger) était plus agressif. Trop, d’ail-leurs, puisqu’au moment où on sentait le TFC susceptible de faire la différence, Alexis Blin quitta maladroitement le pré pour 2 jaunes (justifiés) en l’espace de 7 minutes (56 et 62e).

Déjà que les Haut-Garonnais avaient du mal à tenir le ballon à 11 contre 11, vous pouvez imaginer la suite des débats en infériorité numérique…

Trejo logiquement sacrifié
Quand bien même naturellement Coach Dupraz réagissait dans la foulée en appelant Wergiton Somalia pour rééquilibrer l’édifice. Puis en sacrifiant Oscar Trejo, pas dans son meilleur jour non plus, et in fine en ajoutant Issiaga Sylla qui amenait un peu plus de densité sur le flanc gauche où Saïd avait pris l’habitude de plonger.
Dès lors, Toulouse mit les barbelés et au moins sur ce terrain-là du courage et de la solidarité, le point n’est pas volé. Une jambe, un pied voire une main se trouvait fort à propos pour empêcher les Bretons d’ouvrir la marque ! Oui, une main, en l’occurrence le gant gauche ferme de Mauro Goicoechea qui, d’une claquette, envoyait en corner une tête à bout-portant de l’imposant Gnagnon servi sur coup franc par Prcic (81e).

Le tournant du match, assurément. Le goal uruguayen – dont c’était la Première en L1 cette saison, sa deuxième participation après le « funèbre » 8e de finale en Coupe de la Ligue à Metz où le portier rata le dernier tir au but de son équipe (défaite 10-11 aux tab, 1-1 fin du temps réglementaire) – a été décisif.
Il a fait le job, comme on dit.

Un sauvetage par mi-temps
Deux arrêts à effectuer, deux parades accomplies. Parce qu’a-vant les citrons, c’est déjà lui qui avait permis aux siens de ne pas céder en intervenant du genou droit, cette fois, au-devant de Saïd, sollicité dans l’intervalle par Yoann Gourcuff (42e).
Il y a quinze jours au moment du 3e carton jaune récolté par Alban Lafont, Pascal Dupraz avait émis un doute : « Je choisirai entre Mauro et Marc (Vidal, N°3) en temps voulu. » Lundi, le technicien se montrait plus réservé : « La hiérarchie devrait être respectée. » Vendredi, enfin, il avait lâché : « Soyons logiques. »

Parfois, même en football, la logique est récompensée. Hier soir, elle a permis au TFC de prendre 1 point. Si l’Europe paraît aujourd’hui une douce utopie (à 9pts de la 6e place), le maintien (42pts) n’est plus qu’à 5 unités. Déjà ça de pris…

 

Le chiffre : 1er
0-0>de Pascal Dupraz. Il s’agit du premier match à « zéro but » sur l’île du Ramier sous l’ère Dupraz, c’est-à-dire à cheval sur 2 exercices : les 5 derniers rendez-vous à domicile de la saison passée et les 15 premières rencontres à la maison cette année.
 
Ils ont dit :
Pascal Dupraz : « Je suis mitigé. On a manqué de spontanéité dans notre temps fort, en début de deuxième mi-temps ; ce qui nous aurait permis de mener. On ne s’est pas créé assez d’occasions. Et lorsqu’on en a, nous cherchons trop la position préférentielle avant de tenter. La folie ne nous accompagne pas. Ou plus. Contre Rennes on s’attend à recevoir une leçon de football, or ça n’a pas été le cas (ironique). Nous avons été très peu inquiétés. On se doit de respecter l’institution et au niveau de l’état d’esprit c’est ce que l’on a fait. Il reste 8 matches à disputer pour finir du mieux possible. Briguer la 6e ou 7e place me semble désormais difficile, mais ce serait bien de terminer dans la première partie de tableau. Forcément. »
 
Christian Gourcuff (entraîneur de Rennes) : « Globalement nous avons fait preuve de consistance sur le plan collectif. Nous avons été un peu en difficulté en début de seconde période avec le pressing de Toulouse, cependant sans vraiment être mis en danger. Le résultat n’est pas l’essentiel, il y a aussi le contenu. On construit. On ne perd pas beaucoup. Si on ne gagne pas plus, c’est qu’il y a encore des insuffisances et c’est un axe de progression. Maintenant, j’espère que nous serons plus tranchants offensivement dans les semaines à venir. »
 

Merci Goicoechea
Goicoechea (14/20).

- Le remplaçant d'Alban Lafont a fait le boulot en sauvant notamment le TFC de l'ouverture du score rennaise en première période devant Saïd (42e) et en fin de partie sur une tête de Gnagnon (81e). L'Uruguayen a été l'un des hommes du match côté toulousain hier soir.

Amian (14).

- Quelques interventions bien senties notamment face à Mubele (19e). Très solide également en deuxième mi-temps. Sans doute le Téféciste qui a le plus repoussé les attaques bretonnes. Il a tenté d'apporter offensivement mais sans succès. Il démontre tout de même que malgré son jeune âge il est un concurrent très sérieux pour Yago.

Diop (11).

- Fébrile dans ses relances, le roc de la défense toulousaine a mis plusieurs fois son équipe dans l'embarras (22e, 27e). Il s'est rattrapé en fin de partie par quelques sauvetages.

Jullien (12).

- Dommage qu'il ne cadre pas davantage ses opportunités de la tête (45e). Imprécis dans ses ballons longs malgré quelques bonnes récupérations. Une sortie dans la lignée de ses dernières prestations : bon sans être décisif.

Moubandjé (12).

- Incisif et volontaire, il a essayé de peser offensivement par ses centres. Défensivement, si on a aussi peu vu Amalfitano sur son côté droit, le Suisse n'y est pas étranger.

Blin (8).

- On n'a pas encore retrouvé le Blin du début de saison qui rassurait son équipe en toutes circonstances. Preuve de sa fébrilité : il a laissé ses partenaires à 10 à l'heure de jeu en recevant 2 cartons jaunes totalement justifiés coup sur coup. Il va falloir se reprendre.

Pi (11).

- Discret en première période, plus agressif en deuxième où il intercepte quelques bons ballons. Auteur de passes qui ont bien cassé les lignes rennaises. Remplacé par SOMALIA (66e) qu'on a finalement assez peu vu.

Jean (10).

- Pour un ailier droit, il a fait très peu de différences et le jeu de son équipe s'en est ressenti. Le petit attaquant de poche a fait sa taille hier, malgré une grosse activité.

Trejo (11).

- Au-dessus des autres techniquement au milieu du terrain, le meneur argentin a pourtant fait peu de différences dans le jeu, par lenteur dans ses exécutions, par manque de solutions parfois aussi. Précieux sur les coups de pied arrêtés, mais pas récompensé. Remplacé par BODIGER (70e) qui a solidifié l'entrejeu des Violets au moment où il en avait le plus besoin.

Braithwaite (10).

- Sur son côté gauche, il a pu être l'auteur de quelques percussions intéressantes, dont l'une aurait dû apporter un coup franc très dangereux à son équipe. Malheureusement, il a aussi encore perdu plusieurs ballons de façon bien étrange. L'ensemble est trop juste.

Delort (12).

- Très actif à la pointe de l'attaque, il a été le joueur le plus dangereux de Pascal Dupraz. Sans un très beau retour de Mexer, il aurait pu ouvrir le score (15e). Tergiverse un peu trop plus tard alors qu'il avait l'occasion de tirer (33e). Dommage, ça méritait mieux. Remplacé par SYLLA (75e) qui n'a pas existé dans une fin de match à sens unique.

 

Résultats 2016 / 2017

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2016 / 2017

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2016 / 2017

Effectif

Transferts saison 2016 / 2017

Transferts

Statistiques saison 2016 / 2017

Statistiques