Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Interview

Postformé au TFC, Emana fut de la trilogie «passage du Championnat National à la Ligue 1» en 2 saisons, de 2001 à 2003. Il quitta le club en 2008, sur le tour préliminaire en Ligue des champions contre Liverpool.

Six petits mois au Pays du Soleil-Levant (Tokushima Vortis, D2) et le plus célèbre Camerounais de Toulouse est de retour au Nastic de Tarragone, englué dans les profondeurs de la 2e division espagnole. «Pour secourir le club, j'ai appris ça au Téfécé» glisse-t-il dès le départ de l'entretien du haut de ses 34 printemps.

Achille, le TFC qui fête ses 80 ans, qu'est-ce que cela vous inspire ?

Que du plaisir, naturellement. Il est en L1, le vieux monsieur se porte bien et j'espère qu'on célébrera ensemble son siècle.

De l'Espagne, vous arrivez à suivre son actualité ?

J'avoue que c'est un peu difficile. Car nos matches se déroulent souvent en même temps. Ou alors je suis à l'hôtel pendant la mise au vert.

Cette nouvelle épopée avec les Lafont, Diop, Blin, Bodiger vous rappelle forcément les «Pitchouns», non ?

(il sourit) Ils vont reprendre le flambeau. Il ne faut pas oublier le passé, c'est vrai que le club a eu besoin de nous pour repasser de National en L1. Il fallait le sauver, nous avions envie d'écrire l'Histoi-re, nous y sommes parvenus. Puis…

Oui…

Je pourrai bientôt raconter tout ça à mon fils Mauro. Il a 2 ans, mais il comprend déjà plein de choses ; je ne vais pas tarder. Personnellement, j'en éprouve encore une grande fierté : j'ai été – en toute humilité – une des pièces-maîtresses de cette remontée. Ce fut un joli pari réussi avec, aussi, le président Olivier Sadran qui entrait dans le monde du foot.

On vous surnommait d'ailleurs «le fils noir de Sadran»…

Oui-oui. On avait une relation forte, il a su me comprendre ; on avait la même soif de succès, je dirais. Bref, il ne me considérait pas que comme un joueur. Il s'est comporté en papa, quoi.

Comme élie Baup.

Absolument. Il fut également plus qu'un entraîneur pour ma personne, il m'a aidé dans tous les domaines de la vie.

Après, quand élie était de mauvais poil, on s'en rendait vite compte ! Je me souviens un lendemain de match pourri. On s'attendait à faire un décrassage classique. Pas du tout : il nous avait tout simplement concocté un condensé de la préparation d'intersaison en une journée… Pas besoin de vous préciser qu'on s'était rapidement remis en question. Ah ! il ne nous avait pas loupés…

érick Mombaerts enfin, en vous lançant en équipe Une, a beaucoup compté dans votre parcours.

Le premier à m'avoir fait, donné confiance. Il a vu en moi.

Quand même, votre duo avec Elmander était épatant !

(il prend quelques secondes avant de répondre) D'abord, je voudrais rappeler qu'il y avait une sacrée triplette derrière avec les tauliers Christophe (Revault, goal), William (Prunier) et Stéphane (Lièvre). Ensuite, oui, on se trouvait quasiment les yeux fermés avec Johan. J'ai joué avec ou contre pas mal d'attaquants, or lui était vraiment complet. Tu le trouvais en appui, en profondeur… tu lui envoyais un sale ballon, il te le transformait en bijou ! Las, j'ai perdu sa trace depuis qu'il a quitté l'Angleterre. Ce n'est pas évident de conserver des contacts avec les anciens ; je continue d'avoir des nouvelles de Nicolas Bayod via Facebook, Nicolas Dieuze sur Twitter, Cédric Fauré sur Instagram. Tiens, je lance l'idée : ce serait cool que le Tef organise un rassemblement de tous les «Pitchouns», un jour…

Sinon, jusque quand pensez-vous jouer ?

Ce sont mes pieds qui commandent. Quand ils me diront : ''Oh Achille, stop !'' Mais, là, je ne suis pas encore fini. Et je veux terminer en jouant, pas cirant le banc comme au Japon où ils m'avaient signé pour le marketing.

Un retour au TFC en après- carrière est-il envisageable ?

Toulouse reste dans mon cœur. éducateur, dirigeant : si Olivier veut que je rentre à la maison…

 

Le chiffre : 29

buts en 247 matches. Tel est le bilan «violet» de ce puissant milieu (1m80-77kg). Qui, après la Ville rose, enchaînera avec le Betis Séville, Al-Hilal (Arabie Saoudite), Al Wasl Dubaï (EAU), Cruz Azul et Atlante (Mexique), Tarragone, le Japon et donc à nouveau Tarragone.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques