Fil de navigation

Recherche

Timothé Crépin pour France Football

 

TFC

Dimanche prochain, lors de la réception de l'OM, le Toulouse Football Club va célébrer ses 80 ans d'existence. Cette semaine, FF donne la parole à plusieurs joueurs emblématiques de la Ville Rose. Deuxième épisode avec Pantxi Sirieix, le milieu de terrain violet depuis 2004.


Son arrivée au Toulouse FC
«Je me souviens surtout de la fois où je viens signer mon contrat. J'étais en vacances avec Lionel Mathis sur Montpellier. J'arrivais d'Auxerre, où j'ai eu la chance de connaître la Ligue des champions. À l'époque, l'AJA, c'était encore le top. Ça pouvait être considéré comme une régression de partir à Toulouse, mais j'avais envie de voir autre chose malgré une proposition de prolongation sur quatre ans. J'étais très content de rejoindre le Téfécé qui venait de faire signer Stéphane Dalmat ou Daniel Moreira. Le discours ambitieux du Président m'avait beaucoup plu. On sentait que quelque chose avait pris avec les Pitchouns. Ça donnait envie d'y participer.»


Son moment fort
«Bien sûr, il y a le match d'Angers pour le maintien la saison dernière (2-3). Mais c'est surtout l'ensemble des deux mois qui ont suivi l'arrivée du coach (Pascal Dupraz). Cela a, bien sûr, été une aventure sportive exceptionnelle, mais aussi une aventure humaine. Il n'y a pas de mots pour la définir. J'en parle souvent aux jeunes : pour eux, c'était magnifique, mais ils ne s'en rendent pas vraiment compte parce qu'ils débutent seulement leur carrière. Pour moi, c'était extraordinaire. On était mort, mais il (Dupraz) nous a ressuscités. Il a réussi à fédérer tout le monde que ce soit le Président, les gens des bureaux, les supporters et surtout tous les joueurs, même ceux qui n'étaient pas dans le groupe. Il nous a emmenés avec lui, et il a réussi son pari un peu fou de nous maintenir.»


Comment tenter d'exister dans une ville qui adule le rugby
«Ce n'est pas très dur. Ce n'est pas le même public. Ce n'est pas la faute du rugby si, des fois, il n'y a pas de monde au Stadium. Toulouse est la quatrième ville de France, donc on sait qu'il y a du potentiel. Mais le public toulousain est assez versatile. On sait très bien qu'il faut des résultats pour voir du monde. Il y avait beaucoup plus de personnes au début, quand je suis arrivé, avec l'effet Pitchouns. Mais si on continue à faire de belles choses, en accrochant pourquoi pas une coupe d'Europe dans le futur, les gens suivront. Surtout avec un coach comme ça qui communique très bien.»


Une personne qu'il n'oubliera jamais
«Une seule personne ? C'est compliqué... Je pense à Nico Douchez : on est arrivé en même temps à Toulouse. C'est quelqu'un avec qui j'ai beaucoup de souvenirs ; Bryan Bergougnoux, un super mec dans le vestiaire et un super joueur ; et le Président Sadran car sans lui je ne serai plus là depuis longtemps. Il m'a donné beaucoup de confiance, il a été là pour moi quand j'étais en difficulté. Je sais qu'il a souvent poussé pour que je reste. Même dans les moments où je ne jouais pas trop.»


Ce que représente le club de Toulouse pour lui
«C'est le club qui m'a fait grandir en tant que joueur et en tant qu'homme. Je suis arrivé d'Auxerre à vingt-trois ans, et je n'étais encore qu'un gamin. J'ai gravi les étapes de ma vie petit à petit, j'ai par exemple construit ma famille. Au club, j'ai vu grandir et monter les Sissoko, Capoue, ...
Je pense aussi aux supporters qui, même si je ne jouais pas, ont toujours eu un mot sympathique pour moi. Ils ont souligné ma fidélité, et ça, c'est important pour moi. Quand tu restes treize ans dans un endroit, c'est que tu t'y sens bien. Sportivement, j'ai toujours eu conscience de mon ''niveau''. Je savais que j'étais un joueur moyen et que Toulouse était donc très bien pour moi. Et si je partais, ça aurait été pour aller dans un club inférieur. Même si c'est parfois difficile mentalement, je suis toujours parti du principe de préférer d'être le moins bon parmi les meilleurs que le meilleur parmi les moins bons. Je voulais toujours me battre pour rester en Ligue 1 et continuer à ce niveau..»

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques