Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Interview

Celui qu'on surnommait le dandy lors de ses dé- buts à Strasbourg pour son élégance, a gardé la ligne. Un peu de foot à 11 et à 7, des joggings avec son ami Estrosi qu'il a suivi sur le terrain de la politique, suffisent au bientôt cinquantenaire, très affairé par ailleurs. à 49 ans – il les aura… dimanche –, José Cobos est élu à la mairie de Nice. Où le latéral puis central gauche, mais droitier, a raccroché ses crampons (1999-2005). Juste auparavant, le vainqueur de la Cou-pe des Coupes avec le Paris-SG en 1996 était passé par les bords de Garonne, une petite saison (1998-1999). Assez pour ouvrir la boîte à souvenirs.

José, dimanche vous serez devant votre télé…

Absolument. à domicile, je vais au stade sauf empêchement. Là, je serai fidèle au poste.

ça vous fait encore quelque chose que ce soit contre un de vos anciens clubs ?

Oui et non. Je suis à Nice depuis 20 ans quasiment. Et ce que j'ai connu au GYM – même s'il n'y a pas eu de titre, c'est quelque chose de rare dans une carrière. J'ai eu l'honneur, en 2013, de faire partie du XI de l'histoire et même d'en être nommé capitaine. Une sacrée fierté, d'autant plus que je suis arrivé à un certain âge.

Vous êtes depuis 2014 adjoint au maire en charge des événements sportifs. Cela consiste en quoi, exactement ?

Il y a bien sûr eu l'Euro-2016 qui m'a accaparé pendant 2 ans. Beaucoup de réunions pour l'organisation (Nice ville-hôte), de représentation. Et ça continue toujours avec les inaugurations d'enceintes. Mais il ne faudrait pas oublier que la Ville regorge de manifestations : plus de 500 annuelles dont 10 «grosses» récurrentes. Je pourrais citer le marathon, l'Ironman ; hier l'Open de tennis, demain le retour de la F1 au Castellet ; etc.

Bref, un emploi du temps particulièrement chargé !

C'est clair. Car j'ai en plus l'ex-ploitation d'une plage privée à Théoule-sur-Mer. ça occupe pas mal aussi : je paye le loyer chaque mois, donc il faut bien ouvrir toute l'année (sourire).

C'est quand même bizarre de se retrouver investi dans la politique alors que vous n'avez voté pour la première fois qu'en 2007…

J'ai toujours été intéressé par la vie de mes concitoyens. Cependant, il est vrai qu'en tant que fils d'immigrés espagnol – ses parents sont arrivés en Fran-ce dans les années 1960 – je ne baignais pas forcément dans la culture politique. Après je ne suis pas calculateur ; conseiller municipal ça s'est fait naturellement. Parce que c'est surtout un hom-me que je suis, un ancien sportif que j'apprécie (champion de France de moto, Christian Estrosi, maire jusqu'en juin 2016, a démissionné pour cumul des mandats devenant 1er adjoint ; il est aujourd'hui président de la Métropole et de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur). Puis comme il y avait le championnat d'Europe, c'était le bon moment.

Vous n'avez plus d'occupation officielle dans le foot ?

Entraîneur m'a aussi titillé. J'ai été adjoint de Frédéric Antonetti en 2007-2008 chez les Aiglons ; coordinateur sportif à Monaco en 2009 ; sélectionneur-adjoint de Gernot Rohr au Gabon (2010-2012) puis, en 2014-15, au Burkina Faso. J'y ai connu votre défenseur, Steeve Yago, qui a beaucoup progressé. En plus, c'est un chic type. Je le salue ici.

Justement, parlons de votre passé au TFC : une seule année ponctuée par une descente en D2…

Je préfère n'en garder que les bons souvenirs. Il y en eut ! Bon, déjà, ma signature – un brin rocambolesque. Toulouse était venu me chercher à l'Espanyol Barcelone (déc.1997-juin 98) : à l'époque, Monaco était une possibilité, et il y avait Bastia, Nantes et Auxerre – tiens, pour l'anecdote, j'avais discuté avec Guy Roux qui m'avait demandé si je parlais en anciens francs (rires). J'opte pour la Ville rose, alléché par le projet : on m'avait annoncé l'arrivée d'un grand groupe industriel qui devait injecter 40M au Tef. Un joli pactole. D'où le recrutement de Charbonnier dans les buts, Desailly derrière… En fait, l'investisseur n'est pas venu et je fus la seule tête de gondole annoncée.

Un échec personnel, non ?

Des regrets, plutôt. J'insiste : avec ma famille on se sentait vraiment bien dans la ville. Les gens sont sympas. En plus, mon meilleur ami Daniel Bravo est de Toulouse. On avait sorti des matches remarquables, à guichets fermés, face au PSG et l'OM. Puis…

Oui…

C'est cette saison-là où je me suis définitivement fixé dans l'axe. Grâce à Jean-Luc Ruty, qui coachait la CFA. Un jour, il m'y a mis. Voilà. Ce fut un essai gagnant bien que j'y avais déjà évolué aux côtés de Pochettino à l'Espanyol.

Barcelone où vous avez été entraîné par Marcelo Bielsa…

Exact. Le dernier des 6 techniciens que j'y aurai connus. Vous voyez comment il était à Marseille, vous imaginez il y a 19 ans…

Le Toulouse FC actuel, qu'en pensez-vous ?

Il n'est pas loin, pas loin de réussir. J'entends par-là qu'un jour il sera dans le premier bon wagon. Président Sadran tient la barre, j'aime beaucoup. Stabilité et sérénité règnent dans ce club. C'est la voie à suivre pour être récompensé.

Comme Nice.

Quand bien même c'est mon club de cœur, je trouve que l'OGCN est l'équipe la plus régulière depuis le début du Championnat. Plus que Paris et même Monaco. On m'avait sondé en novembre, j'avais été affirmatif : on peut terminer 1ers. C'est comme aux élections, il y en a toujours un qu'on n'attend pas… Je rappelle qu'il reste un Nice-PSG. Ensuite, avec notre moyenne de points, nous devrions être sacrés. Oui, le GYM fait un parcours de champion.

Un mot sur Favre.

Je vous avouerais que cet été lorsqu'il a débarqué sur la Promenade je ne connaissais pas plus que ça le personnage. Et d'emblée, sa mayonnaise a pris. En continuant, à l'image de Puel, de s'appuyer sur les jeunes. Tout en ayant perdu Ben Arfa, Germain, Mendy, Pied… C'est incroyable. Un seul chiffre résume la saison : Nice assuré de finir sur le podium, cela remonte à 41 ans.

Vous n'y louperez pas : un prono pour dimanche ?

Je ne veux pas être hypocrite, le cœur parle, et il y a le statut de l'OGCN. à l'extérieur ou à domicile, l'envie est la même : gagner. Il y a une telle dynamique ! Mais je ne vais pas donner de score, j'ai trop de respect pour le TFC.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques