Fil de navigation

Recherche

Cyril Doumergue et Antoine Vergnaud pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Le Toulouse Football Club, 12e de Ligue 1, possède le 9e effectif le plus «bankable», selon le sérieux Observatoire du Football. Un seul joueur, Alban Lafont, dépasse les 10 M€ de valeur marchande.

Le Toulouse Football Club n'est pas encore au niveau du Barça, du Real, du PSG ou de Manchester City. ça, on le savait déjà. Mais les chiffres rendus publics par le sérieux Observatoire du football, organisme partenaire de la Fédération internationale de football (FIFA), donnent le vertige. Sur les cinq grands championnats européens (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, France), le TFC n'apparaît qu'à la 68e place (sur 98) pour la valeur des joueurs de son effectif (84 M€). Le TFC est le 9e club français dans ce classement, derrière les quatre «gros» Paris, Monaco, Lyon et Marseille, mais aussi Bordeaux, Nice, Rennes et Nantes ; mais devant Lille, Saint-Étienne ou Montpellier. Un classement «flatteur», selon Raffaele Poli, responsable de l'Observatoire, en partie dû à une politique sportive basée sur la formation et la valorisation de ses jeunes joueurs.

Comment l‘Observatoire a-t-il déterminé que le gardien Alban Lafont, 18 ans à peine, était le joueur le plus cher de l'effectif du TFC ? Les quatre chercheurs ont développé un algorithme qui se base sur plus de 3 200 transactions effectuées entre 2011 et 2017 dans les cinq grands championnats, et qui prend en compte des dizaines de paramètres : âge, durée du contrat, performances, mais aussi niveau du club acquéreur. Selon cet algorithme, l'effectif de Manchester City a une valeur de transfert totale de presque 1,2 milliards €. Le belge Kevin de Bruyne en est le joueur potentiellement le plus cher (144,5 millions €).

Sur le site de l'observatoire (1), tous les joueurs des cinq grands championnats sont répertoriés, et notés dans 5 catégories : rigueur, récupération, distribution, percussion, mise en danger et finition pour les joueurs de champ, buts concédés par match ou pourcentages d'arrêts pour les gardiens.

Douzième de Ligue 1 avec quatre victoires en douze matches, le TFC peut pourtant faire valoir un solide centre de formation. Et il le valorise plutôt bien, selon l'Observatoire du football. «Le TFC possède l'un des centres de formation les plus performants en France.» Ainsi, Alban Lafont (12,4 M€), Issa Diop, (8,8 M€), Kelvin Amian Adou (6,2 M€) Alexis Blin (4,9 M€), Yann Bodiger (3,3 M€), Steeve Yago (2,3 M€) ou Clément Michelin (1,8 M€) sont tous issus de la formation toulousaine. Comment faire bondir la valeur de l'effectif sur le marché des transferts ? Il y a deux alternatives, selon l'Observatoire : terminer dans le Top 5 du championnat pour valoriser son effectif actuel, ou injecter de l'argent frais pour recruter des joueurs plus chers. La première solution semble être le chemin à emprunter pour le TFC...

(1) http ://www.football-observatory.com/-Ratings-fra-


Comment estimer la valeur d'un joueur ?

Depuis 2013, l'Observatoire du football CIES, basé à Neuchâtel en Suisse, a développé des modèles économétriques pour estimer scientifiquement la valeur de transfert des joueurs professionnels. Les valeurs présentées renvoient au montant correspondant au type d'équipe la plus susceptible d'être intéressée au joueur, et à la valeur de transfert du joueur lui-même. Cette valeur est fixée en fonction de plusieurs critères, dont la durée du contrat, l'année de transfert ou l'âge du joueur, à partir d'un échantillon de 1 600 transferts payants intervenus entre juillet 2011 et mars 2017. Ces données sont utilisées par les clubs de football pour des négociations de transfert, des négociations contractuelles, des litiges concernant des transferts ou des négociations de crédits. L'expertise de l'Observatoire du football CIES a été régulièrement sollicitée dans le cadre de mandats par des institutions aussi prestigieuses que la FIFA, l'UEFA, City Football Group, Chelsea FC, Benfica. Des mandats sont aussi effectués sous le couvert de l'Observatoire du sport CIES pour des organisations telles que la FIBA (basket) ou le CIO (olympisme).

Raffaele Poli : «La stratégie économique du TFC est cohérente»

Votre classement des clubs les plus «riches» pour la valeur marchande de leurs joueurs correspond peu ou prou au classement actuel du championnat de Ligue 1. Comment l'expliquez-vous ?

En effet, le PSG, Monaco, Lyon et Marseille, en tête du championnat de France, possèdent les quatre effectifs les plus chers du championnat de football de Ligue 1. C'est assez logique. Cela correspond aussi à une puissance financière. Mais vous pouvez remarquer que derrière, le hasard sportif reprend le dessus, puisque Bordeaux, 5e effectif le plus riche (154 M€) n'est «que» 9e au classement.

L'effectif du Toulouse Football Club vous semble-t-il plutôt bien valorisé, avec une 9e place en France, pour une valeur totale de son effectif de 89 M€ ?

Oui, c'est un classement assez flatteur. Il est notamment dû au fait que le TFC possède beaucoup de jeunes joueurs, qui jouent souvent : un Lafont, par exemple, possède une valeur de 12,4M€, due à son jeune âge et à ses performances. Issa Diop (8,8M€), Kelvin Amian Adou (6,2M€), Alexis Blin (4,9M€) et Yann Bodiger (3,3M€) sont tous dans le Top 10 de l'effectif toulousain, et sont tous de purs produits du centre de formation.

Comment le TFC peut-il encore mieux valoriser son effectif ?

Les stratégies sportive et économique du club me semblent assez cohérentes. Former, faire jouer et valoriser ne permet pas forcément de viser le podium de la Ligue 1, mais assure une certaine stabilité économique. Pour progresser encore, le TFC a deux options : injecter de l'argent en interne, pour recruter des joueurs de plus haut standing, ou bien réussir une belle saison en terminant dans les cinq premiers, par exemple, pour «bien» vendre ses meilleurs éléments.

Votre outil existe depuis 2013. Comment les clubs l'utilisent-ils ?

Dans un contexte très spéculatif où de fausses informations sont souvent véhiculées par médias interposés, nous fournissons une valeur de chaque joueur objective, scientifique. Certains clubs, comme Lyon, affirment qu'ils se servent de notre outil dans certaines parties de leur communication. Ils se rendent compte que c'est un outil pertinent.

 

Les agents de joueurs plutôt sceptiques

Tous les agents ou presque seront d'accord là-dessus : il est difficile d'établir la valeur réelle d'un joueur tant les critères sont nombreux. Âge, forme du moment, poste ou encore nombre de sélections en équipe nationale peuvent faire chuter ou grimper le prix d'un joueur de plusieurs millions d'euros. D'autres facteurs extra-sportifs entrent aussi en ligne de compte, comme la durée du contrat en cours, ainsi que le championnat dans lequel évolue le joueur. «En Angleterre, la flambée des droits TV justifie un peu les montants assez élevés des transferts effectués par les clubs de Premier League. Aujourd'hui, 40 millions pour un joueur, c'est presque anecdotique», indique Pascal Elbaz, agent de joueurs. Sans surprise, cinq clubs de l'élite anglaise se retrouvent dans le top 10 du classement publié lundi par l'Observatoire du Football. «Et en France, avec l'arrivée de superstars comme Neymar, on peut s'attendre au même phénomène», continue-t-il. En attendant, le fossé entre le PSG (effectif estimé à 864 M€) et le Toulouse Football Club (89 M€), mis en lumière par le classement, ne manque pas d'irriter certains : «Issa Diop, à 8,8 M€, c'est peut-être une valeur réelle, mais au vu du marché, pas du tout ! Justement, le transfert de Neymar a faussé le marché, ce n'est plus du foot, c'est purement du business», indique un proche du TFC. Pascal Elbaz va aussi dans ce sens : «Les joueurs sont aussi une manne financière. Tout augmente, aussi bien leur valeur sur le marché que les sommes qu'ils rapportent à leurs clubs, via les contrats de sponsoring et merchandising». Quid du rôle des agents, dans tout ça ? «On dit souvent que les agents font grimper les prix. Or, nous sommes rémunérés sur la base du salaire du joueur. C'est le club qui a tout intérêt à négocier le transfert à la hausse. Là où on peut jouer un rôle, c'est en apportant des offres d'autres clubs, ce qui fait monter les enchères», explique un autre professionnel. «Ce qui importe pour nous, c'est que le transfert se fasse, par rapport au joueur et à son plan de carrière». En bref, un tel classement donne des valeurs «cohérentes, mais à un instant T», note Anthony Perrin. «Ce qui est certain, c'est qu'on est à un tournant». Issa Diop transféré pour 40 millions, c'est pour demain ?


Le chiffre : 10%

du salaire> d'unjoueur. C'est la commission maximale qu'un agent peut toucher suite au transfert d'un de ses joueurs, en France.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques