Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et P.Br. pour La Dépêche du Midi

 

Coupe France

Il est longtemps resté prostré, assis à la limite de sa surface de réparation. Son homologue Alban Lafont a eu du mal à le relever ; il lui faudra l'aide du capitaine du GYM, Dante, pour parvenir à le remettre complètement d'aplomb. Jusqu'au réconfort de Seri, «vieux sage» de l'Olympique Gymnaste-Club, sur le chemin du retour aux vestiaires forcément tête basse.

 

Il est 16h53 et Yoan Cardinale doit, malgré les apparences, se sentir seul sur le pré vert de l'île du Ramier. La doublure dans les buts de l'OGCN – 22 octobre, date de sa dernière titularisation en L1 – a le visage marqué, au bord des larmes peut-on observer aux jumelles !

Noël est juste derrière, mais l'ex-N°1 en avant, héros malgré lui de la qualification téféciste. Une balle échappée (cf. Le But), un revers à l'arrivée…

Entendu : sa faute, si elle n'est pas l'unique responsable de la perte des siens, pèse son poids. Tout son poids, même. C'est la loi des gardiens de but : ils travaillent sans filet. «J'ai joué avec de très grands goals et ils ont commis de pires boulettes», court encore à son secours le grand défenseur bouclé de Nice. Leur entraîneur suisse, en revanche, se sera montré moins «au soutien» quelques minutes auparavant, devant la pres-se : «Il faut appeler un chat un chat, dit Lucien Favre. Oui, c'est une bourde.»

Dans la foulée, protecteur puis beau joueur, de préciser : «Dans le foot, ça arrive. Et ce n'est pas un prétexte à notre défaite, non. Globalement nous avons été trop brouillons, manqué de justesse technique dans les 30 derniers mètres. Surtout, je n'oublie pas Toulouse qui a été pas mal : dur au pressing, beaucoup d'agressivité.»

Nous y voilà. Organisée et appliquée en 4-2-3-1 (à l'instar de plusieurs fois cette saison avec un électron libre, à tendance axiale, en la personne de Somalia), la troupe de Pascal Dupraz a d'abord brillé par sa volonté comme sa capacité à récupérer le ballon haut.

Surtout par le biais d'une première demi-heure particulièrement saignante malgré la trê-ve – «7 jours de vacances, ce n'est pas une coupure mais un intermède» corrige le technicien haut-garonnais.


Deux opportunités en 1re

D'où nombre de situations matérialisées par 2 vraies occasions : tir au sol de Gradel sur lequel Cardinale se couche (17), tête hors-cadre de Delort (35).

Et l'équipe 3e du dernier Championnat dans tout ça ? Décompte identique avec 2 actions franches coup sur coup : enroulé de Srarfi manchetté par Lafont (6), face-à-face avec Pléa remporté par le duo Lafont/Amian (8).

Il était donc écrit que la décision se ferait a minima en seconde mi-temps, maîtrisée par le Téfécé. Aussi, nous allons épargner ce pauvre Cardinale et préférer écouter Coach Dupraz. «Je pense que c'est un succès mérité, certes sur la plus petite des marges. Il nous permet de se payer un mois de janvier à 7 matches minimum (8 si Toulouse se hisse, mercredi à Rennes, dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue).» Que demander de plus ?


Le but

51e : Gradel décale Sylla aile gauche ; le Guinéen centre en bout de course, première intention, au point de corner, Yoan Cardinale n'arrive pas à s'emparer du ballon qu'il relâche main gauche devant Jean qui touche le cuir jambe droite mais est retenu par le portier azuréen ! À l'affût, Wergiton Somalia ne se fait pas prier pour pousser au fond des filets – du pied droit et entre les jambes de Dante revenu sur la ligne de buts (1-0).


Tirage au sort demain

Le tirage au sort aura lieu demain à partir de 20 heures, en direct de Bollaert-Delelis – sur Eurosport 2 – avant la dernière rencontre des 32es Lens-Boulogne (21h). Précisons qu'il devient intégral.

«On a bien démarré 2018»

Victoire, solidité, solidarité… enthousiasme ! Hier, si certains joueurs du TFC poussaient la chansonnette en sortant des vestiaires, d'autres ne manquaient pas de vocabulaire pour qualifier leur bon résultat face aux Niçois. «On a bien démarré l'année, et il le fallait», confie tout sourire le milieu défensif Alexis Blin. «Ça fait du bien», répète plusieurs fois son coéquipier Andy Delort, plutôt optimiste pour la suite : «On va pouvoir entamer ce long mois de janvier avec un peu plus de confiance. On est satisfait.»

Et quand on leur demande quels étaient les précieux ingrédients du cocktail spécial «réussite en Coupe de France», l'attaquant des Violets précise : «Le coach nous a donné de bonnes consignes. On a mis quelque chose en place et derrière, on a eu des occasions.»

«Aujourd'hui, mis à part une ou deux situations, on n'a pas été très inquiété par Nice. On s'est créé des opportunités, on a mis du danger dans leur défense», complète Alexis Blin. «Le public a bien suivi derrière, on l'a vraiment senti aussi», ajoute-t-il non sans fierté.


La défense passe à l'attaque

«On était plus groupés. Il fallait défendre ensemble, en bloc, et c'est ce qu'on a fait. Quand un joueur était éliminé, il y en avait un autre derrière pour le compenser. Contrairement à 2017 où on était un peu plus indépendant les uns des autres», explique Alexis Blin, convaincu désormais, qu'il faut «juste qu'on trouve l'osmose pour pouvoir marquer plus de buts et continuer sur ce qu'on a produit cet après-midi». C'est noté.

Et pour obtenir le mélange parfait, «il faut rester concentrer. Savoir qu'un match peut changer (très vite) à tout moment. C'est important de tuer les matches pour se mettre à l'abri plus rapidement», confie Max-Alain Gradel, l'homme du match à nos yeux.

Issa Diop, le dernier Violet à sortir du vestiaire ne cache pas sa joie ni son humour en commentant les propos du coach niçois, Lucien Favre : «Il a dit qu'on était une équipe solide ? Il a dit ça de nous ? C'est un grand entraîneur, alors, s'il l'a dit, c'est que c'est la vérité !»

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques