Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

«Faire un bon match ne suffit plus pour prendre des points.» De sa voix posée, dans les couloirs de Geoffroy-Guichard qu'il connaît si bien, Max-Alain Gradel a l'art du résumé. L'analyse du dribbleur ivoirien s'appuie sur le chiffre 19. Comme le nombre de tirs sur le but des Verts. Un record pour les Violets cette année, à l'extérieur. Surtout en regard des tentatives cadrées : 8. «Si on avait gagné, on aurait été 14es» peste son alter ego en attaque, Andy Delort. Oui, mais voilà, Jessy Moulin a joué les gardiens du temple, un péno au mauvais moment (45) puis un contre «bête», dixit l'entraîneur d'un jour Michaël De-bève, ont fait le reste. Résultat des comptes : le Toulouse Football-Club est aujourd'hui 19e et 1er relégable alors que demain, déjà, se pointe au Stadium Nantes, solide 5e. Y a-t-il de quoi s'alarmer ? Nos réponses.


Les lacunes affichées

Le poteau rentrant au lieu du sortant. En deux mots : le «facteur réussite» tel l'a désigné Debève au coup de sifflet final ; c'est ce qui manque en premier chef aux Toulousains. On a coutume de dire que pour l'avoir, il faut la provoquer. Sûrement ce que signifie cette autre réaction d'après-match recueillie auprès de Gradel : «J'ai martelé aux coéquipiers dans le vestiaire que, vu où nous nous retrouvions au classement, on se devait de jouer tous les coups à fond.»

Détermination.

Ou, pour reprendre l'expression exacte du N°6 Alexis Blin (notre édition d'hier), «on n'est pas assez tueurs». Certes, remuons le couteau dans la plaie une dernière fois, Moulin avait sorti la panoplie de Superman avant-hier dans le Chaudron ; n'empêche, d'autres maux sont également à mettre en exergue. On peut citer les coups de pied arrêtés pas spécialement bien exécutés. «On les redoutait, confesse le tacticien de l'ASSE Jean-Louis Gasset, on a su défendre avec Loïc (Perrin) qui sécurise notre arrière-garde.»

Confiance.

«Tout est affaire de psychologie», continue l'ancien adjoint de Laurent Blanc au PSG. L'avant-centre téféciste ne le nie pas : «Il y a souvent la petite passe en retrait qu'il faudrait et qu'on n'effectue pas, le dribble de trop…» Ou alors chacun veut être le sauveur de la patrie ? «Je ne sais pas. Peut-être. En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'il nous manque à chaque fois un petit truc.»


Les atouts exhibés

Intentions.

On le sait, chaque match en est pavé de bonnes. On le sait aussi, elles ne riment pas (souvent) avec concrétisations – ce serait trop facile. En attendant, les observateurs s'entendent tous pour trouver anormal le classement du Tef. «C'est naturellement dur de se retrouver dans cette position, reprend Debève. Maintenant, depuis la reprise (y compris le dernier match avant la trêve face à Lyon), le contenu est beaucoup mieux. Nous venions à Sainté pour proposer du jeu. Et je trouve qu'on a été intéressants avec nombre de séquences vers l'avant.»

Effectif en hausse.

Relation de cause à effet, les joueurs ont élevé leur niveau. «Ils sont vraiment en train de répondre à ce qu'on attend d'eux, se réjouit celui qui avait déjà suppléé Pascal Dupraz au Vélodrome de Marseille en mars 2016. De bon augure.» On l'a surligné ici : les offensifs, bien qu'en panne d'efficacité, n'ont sû- rement jamais été autant «connectés».

Un milieu qui fait la loi.

«Notre objectif, révèle l'entraîneur-adjoint, était d'être costauds dans l'entrejeu, d'avancer, d'empêcher notre adversaire d'évoluer. De ce point de vue, le plan a fonctionné.»

Reste les points tout court. Car, comme conclut justement le coach stéphanois, «à défaut d'être flamboyants, on n'a pas pris de buts et on en a marqué 2. Par les temps qui courent, on s'en contentera.»


Dupraz à l'entraînement ce matin

Comme prévu, l'entraîneur du Toulouse FC est sorti de clinique hier. Il sera de retour sur les terrains pour animer la séance dès aujour-d'hui, en milieu de matinée, veille de la cruciale réception des Canaris nantais (19h, beIN7). Le «Savoyard sur les bords de Garonne», comme son profil Twitter le désigne, ne pourra pas compter sur Clément Michelin, expulsé avec la réserve ce week-end à la 89e – pour 2 jaunes coup sur coup – et ainsi automatiquement suspendu. En revanche, Kelvin Amian qui a écopé d'un avertissement signifiant révocation de son sursis, ne passera en Commission que jeudi et sera donc indisponible à partir du match de Coupe de France, mardi prochain (18h30), à Bourg-en-Bresse/L2.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques