Fil de navigation

Recherche

Gilles-R. Souillés pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Trouvera-t-il la clef ? Promu entraîneur du TFC il y a même pas un mois, Michaël Debève s'attaque à l'Everest pour son troisième match sur le banc, après avoir remporté ses deux premiers tests contre Troyes et Nice. Alors jamais deux sans trois ? Après tout, Mika, comme on le surnomme, est l'homme des records. Il n'avait que 16 ans quand il a joué son premier match avec le TFC… contre le FC Lens, son deuxième club de cœur, avec lequel il a été champion de France. C'est aussi avec les Chti's qu'il a signé un autre exploit, s'imposer sur la pelouse mythique de Wembley en novembre 1998 contre Arsenal, ce qu'aucun autre club français n'a réussi. Et Mika avait marqué le seul but du match… en position de hors-jeu ! «Il a même eu sa statue à Lens», se souvient, ému, un supporter toulousain des Sang et Or. L'ancien milieu offensif au talent précoce n'a laissé que des bons souvenirs à ses anciens coéquipiers. «C'était un tout jeune joueur quand il est arrivé au TFC, parmi les dinosaures, s'amuse Gérald Passi. Je me souviens qu'il était timide et très humble, talentueux. C'est une belle personne».


«Il va faire progresser les jeunes»

Jacky Paillard ne tarit pas, lui non plus d'éloges. «Il était réservé, mais savait écouter les anciens. C'était un très bon joueur, je me souviens qu'on a joué le Bayer Leverkusen en coupe d'Europe, et qu'il n'avait que 17 ans. Il avait été titulaire, alors que ça n'était pas évident et il s'en était très bien sorti». Mika aura-t-il la même vista en tant que coach ? «Je suis content pour lui, il a fait des débuts intéressants, il a déjà apporté sa patte au TFC, se réjouit Gérald Passi. C'est aussi un formateur, il va faire progresser les jeunes». Sa promotion, à la suite du départ de Pascal Dupraz, étonne un peu plus Jacky Paillard. «Je suis surpris, parce que c'était quelqu'un de discret. Si on m'avait dit qu'il serait un jour entraîneur d'un club de Ligue 1, je ne l'aurais pas cru. Je ne le voyais pas comme un meneur, mais apparemment ça lui plaît et ça lui réussit. Je lui souhaite beaucoup de courage». Il en faudra sans soute cet après-midi pour mener ses joueurs à la victoire. «Il a toujours été porté vers l'offensive, note Gérald Passi. C'est sa vision du football et il a les compétences pour la faire vivre».


Le chiffre : 33 000

Spectateurs > Guichets fermés. C'est une habitude, pour la venue du PSG, le Stadium fera le plein, à sa jauge maximale, peut-être pour la seule fois de la saison. Le public ne s'y trompe pas. Quand il y a du spectacle assuré, il répond présent. La bonne recette…

 TFC-PSG : un air de samba brésilienne !

Depuis que le PSG est entré dans l'ère des stars, la venue du club parisien au Stadium est toujours un événement. Neymar effacera-t-il le souvenir de Zlatan ?

C'est sans doute la seule affiche de l'année où le Stadium se contrefiche du seul enjeu sportif. La venue du Paris-Saint-Germain et de sa pluie de stars dans la Ville rose est d'abord un spectacle absolu pour qui aime (encore) le football. Un match à part, où le TFC est condamné à l'exploit, tout en sachant que son public ne lui tiendra pas rigueur d'une défaite quasi inéluctable. Non, l'essentiel est ailleurs dans la communion populaire, tous supporters confondus, avec des joueurs d'un autre monde, capables d'élever ce jeu au rang d'œuvre d'art et de transformer un stade en une scène de théâtre. Tout à l'heure, à guichets fermés, les spectateurs accourus de toute la région, n'auront d'yeux que pour Mbappé et Neymar (Cavani est absent), ce duo offensif déjà rentré dans la légende, bien décidé à affûter sa complicité avant d'aller défier le Real Madrid dans son antre de Bernabeu, mercredi en Ligue des Champions. Une promesse de dribbles chaloupés et d'ouvertures au millimètre qui font trépigner les amateurs. Avec sa colonie sud-américaine et un bon tiers de malice carioca dans les jambes, le PSG risque de faire danser la samba aux Toulousains. Pierre Ménès, le consultant de Canal +, a déjà prévenu, ce sont toujours les Parisiens qui donnent le tempo (lire ci-contre). Et il devrait être muy caliente. La seule question qui tienne avant le coup d'envoi est de savoir lequel des extraterrestres va allumer la mèche… Neymar fera-t-il aussi bien qu'un certain Zlatan qui avait crucifié le Stadium en 2014 avec un hat-trick resté dans les mémoires ? La french touch juvénile de Mbappé explosera-t-elle le catenaccio toulousain ? Avouons-le, même le plus fondu des Indians, qui animent le virage Est pour toutes les sorties du Téf à la maison, ne risquerait pas une pièce, sur un hypothétique exploit des Violets. Celui qu'ils avaient réussi l'an dernier en infligeant un 2-0 aux galactiques, n'avait tenu, il faut le reconnaître, qu'à un invraisemblable concours de circonstances et un Alban Lafont, qui avait prouvé, ce jour-là, qu'il peut aussi y avoir du talent dans les buts. Mais depuis, le PSG a encore rajouté un grand bol de super dans son team et Michaël Debève, le nouveau coach du TFC va se gratter la tête jusqu'à la dernière minute en alignant dans ses rêves les 4-3-3-ou 4-1-4-1, comme on compte les moutons. La solution ? Pour ces premiers pas en tant qu'entraîneur, cet ancien milieu offensif qui fut aussi un talent précoce est gâté. Il ne dévoilera ses batteries qu'au dernier moment. Avec au moins une certitude. La meilleure défense reste encore l'attaque.


Comment va sonner le Stadium…

Ce n'est pas une nouveauté : le PSG et ses galactiques remplissent les stades français. On se rappelle notamment un 4-0 pour la bande à Ibra, au Stadium en 2012, où le public exultait à chaque but parisien. Cette année, même les supporters du Tef'les plus férus ne se font pas de mirage : «malheureusement, il y aura plus de gens qui viennent voir le PSG que de supporters du TFC», regrette Marco, porte-parole des Indians Tolosa. Pour autant, les ultras toulousains vont s'en donner à cœur-joie : «On a préparé un tifo à la hauteur du match ! Tout le monde sera là, bien motivé, il faut que ce soit le feu dans le virage !» espère-t-il, misant sur une victoire des Violets. Et puis, il y a les supporters du PSG, qui peupleront donc les travées du Stadium cet après-midi : ceux d'une fois, qui viennent voir Neymar, Mbappé et consorts ; le Collectif Ultras Paris qui dansera dans son parcage ; et même les membres de la page Facebook PSG Occitanie, qui prévoit de monter une association de supporters sur la région ! «On essaiera d'être au plus près des fans du PSG. Mais l'idée n'est pas de faire un groupe ultra, on est juste des fans, qui veulent partager leur passion ensemble», expliquent Maxime et Christophe, les administrateurs de la page.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques