Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et Géraldine Jammet pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Solide, pas assez créatif. Telle est l'impression qui vient de suite à l'esprit après l'étriqué mais justifié revers de Toulouse face à l'armada parisienne ce week-end (0-1). «Depuis 3 matches, se satisfait le nouvel entraîneur des Violets, nous sommes cohérents dans ce que l'on propose. En sachant d'abord s'appuyer sur une base compacte, c'est ce que recherche tout coach. Après sur un plan offensif, continue Michaël Debève, il faut être beaucoup plus performants que ce qu'on a pu l'être. Mais les motifs d'espoir sont bien là.»

Revue de détail, par ligne.


Diop de retour… Jullien aussi, Fortes enfin !

- Pour nous, ce TFC-PSG correspond au meil-leur match de la saison disputé par le capitaine téféciste Diop. Chiffres à l'appui : 14 ballons gagnés, record de la partie – à 2 unités du monstre et alter ego de la charnière dans l'autre camp, Kimpembe. «Oui, opine du chef Mika Debève, Issa a parfaitement répondu à nos attentes, à la fois dans son rôle de central pur et dans celui de leader de l'arrière-garde avec Kelvin.» Un Amian qui supplée depuis 3 matches (suspension oblige) l'habituel titulaire Jullien qui fait la paire avec l'international Espoirs. «Il y a un choix qui sera opéré pour la prochaine rencontre à Amiens, révèle ''MD'', puisque Christopher a fini de purger sa sanction. Mais je n'oublie pas non plus que le duo Yago/ Amian a été performant à Nice le week-end dernier. Et je me réjouis de pouvoir compter sur Steven (Fortes) sous quinzaine.» Après 2 fois 45min avec la réserve, l'ancien Havrais qui s'é-tait rompu le ligament croisé antérieur du genou droit au mois de mars, a joué un premier match entier en National 3 dimanche passé face au Canet. «Il doit récidiver le week-end prochain et la sortie du tunnel sera tout proche.»


A gauche, le match Sylla-Moubandjé

- «Comme pour le poste de latéral droit ! En fait, je dispose de beaucoup de possibilités. Les prochaines échéances vont me faire creuser la tête. C'est bien pour l'émulation du groupe. Ce qui prime, reste la performance ; ceux qui ont passagèrement perdu leur place devront être patients et, surtout, efficients dès qu'on fera appel à eux.»


Sangaré, la révélation

- On se rend toujours compte du poids des absents quand ils viennent à manquer... Ibrahim Sangaré, aligné systématiquement depuis l'année civile (sauf en Coupe de France à Bourg), faisait défaut avant-hier (3 jaunes), ça s'est vu. Le milieu a souffert dans l'impact, illustré par la comparaison avec Rabiot. «C'est vrai, concède Debève, on a pu le ressentir. Même si Alexis (Blin) a fait un match conforme à ce qu'on attendait de lui : sérieux, appliqué. Les joueurs retrouvent leur meilleur niveau au bon moment. Comme en défense, sourit le technicien haut-garonnais, je vais avoir des problèmes de riches à régler.» Tant mieux !


Cahuzac, la confirmation

-à la reprise, Pascal Dupraz nous avait glissé que l'heure de «Cahu» allait bientôt sonner. Depuis sa prise de fonction, son successeur l'a titularisé 4 fois sur un maximum de… 4. «Yannick n'avait pas trop joué depuis le début de saison, mais on peut se rendre compte, depuis que je suis en poste, qu'il a réussi à enchaîner des matches de bonne facture. Donc oui, il est apte à jouer une rencontre par semaine à l'heure actuelle.»


Le boulot de Sanogo

-Crescendo, pour continuer dans le même champ lexical. Yaya, c'est ce qu'il y a floqué au dos de son maillot, est en train de se faire une place au soleil dans la Ville rose. En tout cas, à son remplacement par Delort (77e), les travées du Stadium l'ont chaleureusement applaudi. «C'est un joueur utile dans le collectif. Surtout qu'il commence à être endurant. Il avait peut-être une mi-temps avant la trêve : il était capable de jouer une heure il y a 3 semaines, et, aujourd'hui, il est capable de monter et maintenir son niveau pendant 70-75 min.»


Delort et Toivonen piaffent

-«Avec Yaya plus Andy (Delort) et Ola (Toivonen), j'ai le bonheur de posséder 3 avant-centres. Hier Yaya a été bon, Andy est entré, Ola n'a pas participé mais peut prétendre… Le critère premier d'un attaquant est son efficacité – qui fait qu'il jouera. Ou pas. Il n'y a pas de N°1, de N°2 ou de N°3. C'est le temps passé sur le pré et, dixit Debève, ce que le joueur me montre.»


Toulouse peut encore grimper

Le ciel s'éclaircit dans le chemin de croix du maintien en L1. Si aucun point n'a été glané samedi lors de la réception du PSG (0-1), c'est évidemment un moindre mal face à un collectif qui aurait pu infliger une correction bien plus douloureuse à ses hôtes.

Avec 26 points, le TFC prend une inspiration et consolide sa 15e place de non relégable. Il faut dire aussi que le malheur des uns… Car merci à Troyes. L'avant-dernier du classement s'est en effet incliné 1 but à 2, hier après-midi, sur la pelouse de Strasbourg. Contrairement à ce qu'il s'est passé la semaine dernière, cette défaite conforte ainsi les affaires des Violets à quelques jours de la 26e journée. Mêmes effets après le nul, 2 buts partout, entre Nantes et Lille, qui troque sa 18e place pour remonter 2 rangs au-dessus.

Alors le chemin des Toulousains doit vite se transformer en course au risque d'endosser le costume de galérien du maintien. «Pour être sereins, il faut franchir le cut des 40 points», selon le coach Michaël Debève. Le «morceau» parisien à peine dégluti, il va donc falloir se mobiliser pour affronter un calendrier pour le moins compliqué.

Samedi, déplacement à Amiens qui lutte au coude à coude à la 17e place en brandissant un capital de 25 points. Le 24 février, retour au Stadium pour la réception de Monaco, l'une des rares équipes à pouvoir prétendre déloger le PSG de son orbite. Et encore. Car l'écart se creuse entre le premier et le second : 12 points. Toulouse se rendra ensuite le 3 mars à Metz, un dernier qui voudra forcément en découdre à la maison, puis recevra la semaine d'après ni plus ni moins que l'Olympique de Marseille. Les mêmes qui ont infligé dernièrement un terrible 9-0 à Bourg-Péronnas, en 8e de finale de la Coupe de France.

Mais les jeux sont loin d'être faits. Treize journées, 39 points à récupérer en route, sans compter les aléas du fond de tableau. D'autant que comme chacun sait, depuis l'an dernier, seuls deux «punis» iront rejoindre directement la L2 la saison prochaine.

Après deux victoires sous l'ère Debève et une petite défaite face à l'une des meilleures équipes européennes, les Téfécistes sont reboostés. Il s'agit désormais de capitaliser ces bonnes ondes pour – et pourquoi pas ? – envisager une petite ascension au classement.


TFC : 15E, 26pts ; -11

Voici le programme des 13 dernières journées, réservé par la L1 au Téfécé : Va à l'Amiens SC, reçoit Monaco, va à Metz, reçoit Marseille, reçoit Strasbourg, va à Lyon, reçoit Dijon, va à Caen, reçoit Angers, va à Rennes, reçoit Lille, va à Bordeaux, reçoit Guingamp en clôture.


Yago face à Neymar : «En plus, il n'a pas peur de te provoquer»

C'est donc lui, le Burkinabé, qui avait hérité du gros lot… Comprendre : marquer LA star brésilienne du Paris-SG, Neymar da Silva Santos Júnior.

Et il s'en est plutôt bien sorti, l'ami Steeve, quand bien même le N°10 francilien a scoré et que les dernières 20 minutes furent longues, à force de subir les

coups de butoir «neymaresques».

«On le connaît, décrypte le latéral droit samedi Steeve Yago, on n'a pas attendu le match pour découvrir le joueur qu'il est.

La tactique était de lui opposer du monde. On essayait de le prendre à plusieurs. Mais on n'est jamais à l'abri d'un éclair… Ce qui m'a le plus épaté chez lui ? Son pouvoir d'accélération. Puis ses incessantes provocations. Franchement, Neymar n'a pas peur du face-à-face, des duels.»

Il les chercherait, même…


«On n'est pas des méchants, on ne veut pas blesser»

Et lui chatouiller les chevilles, non ? «On le respecte, on n'est pas des méchants. Nous sommes des compétiteurs, cependant le but n'est jamais de blesser un adversaire – quel qu'il soit.»

Sinon, la suite des opérations… «Il y a encore beaucoup de journées à disputer et je pense qu'on a montré à Nice notre véritable valeur (victoire 1-0 le week-end dernier). Nous allons jouer des adversaires à notre portée (en dehors de Monaco, à nouveau au Stadium, dans quinze jours). à commencer par notre voyage à Amiens, samedi (20h, beIN, Stade de la Licorne) d'où il nous faudrait ramener 3 points.» Exact.

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques