Fil de navigation

Recherche

La Dépêche du Midi

 

Interview

Titulaire indéboulonnable sous le coaching de Michaël Debève, Yannick Cahuzac est incontestablement l'un des hommes forts de l'entrejeu toulousain. Avant la réception de l'Olympique de Marseille ce dimanche (21h), entretien avec l'expérimenté milieu violet.

 

On a comme l'impression qu'à Metz, le groupe est passé à côté de quelque chose. De deux points qui, avec plus d'efficacité, semblaient à votre portée...

Oui, complètement. Je pense que nous sommes passés à côté de la première mi-temps surtout. Ils se sont créé très peu d'occasions mais ont été très efficaces. Nous avons regardé les vidéos ce matin (l'entretien a été réalisé mardi, N.D.L.R). À nous de prendre conscience de nos erreurs et de ne plus les commettre car nous avons des échéances très importantes, à commencer par Marseille ce dimanche.

Est-ce que ce nouveau point de pris face à un adversaire derrière vous au classement est un moindre mal ?

Ce n'est pas simple de trouver beaucoup de positif parce que nous espérions vraiment mieux. Maintenant, ce point, on ne va pas cracher dessus. Je retiens surtout le fait d'avoir su revenir au score. D'autant plus qu'une équipe réduite à 10 concentre ses efforts sur la défense. Il faut souligner cette force mentale qui nous fait revenir contre Monaco et Metz. Mais nous ne pouvons pas nous satisfaire d'un seul point face à la lanterne rouge. Dans notre situation, on doit en vouloir plus et donc en faire davantage.

En général, la réception de l'OM est un moment particulier dans une saison. Après les réceptions de Paris et Monaco, ces dernières semaines, le groupe ne banalise-t-il pas un peu plus cette rencontre ?

Ce n'est pas une banalisation, plutôt un constat. Il nous reste dix matchs à disputer avant le clap de fin de saison. Nous savons que nous sommes dans une situation un peu délicate. Une victoire ce dimanche nous offrirait trois nouveaux points. Mais la réception de Strasbourg aura le même enjeu sportif. Aujourd'hui, nous ne pouvons pas nous permettre de choisir nos matchs.

Ce collectif toulousain est capable de tenir tête pendant 70 minutes face au PSG, de revenir du diable Vauvert face au champion en titre (Monaco) mais il peut aussi, comme ce week-end, manquer sa première mi-temps à Metz. C'est la régularité qui manque en ce moment ?

Je ne sais pas mais en tout cas, c'est un constat juste. Le coach nous l'a dit, nous l'avons également remarqué. La solution est dans nos têtes. C'est à nous de nous mettre dans de bonnes dispositions mentales. Nous devons aborder d'une meilleure façon ces rencontres tendues. Surtout que ces matchs sont tous aussi importants les uns que les autres.

À quelle rencontre faut-il s'attendre face à Marseille ? Visiblement, les hommes de Rudi Garcia accusent le coup physiquement et sont encore engagés en Europe. Cette donnée entre-t-elle en compte dans votre préparation ?

Évidemment. Nous savons qu'ils ne sont peut-être pas aussi forts qu'il y a quelques semaines. Nous avons un coup à jouer. Malgré tout, Marseille reste une équipe avec de grands joueurs et on doit s'attendre à un match aussi compliqué que les réceptions de Paris ou Monaco. Nous sommes à domicile, c'est à nous de mettre tous les ingrédients nécessaires pour faire chuter cette équipe chez nous devant notre public.

Depuis plusieurs saisons sur l'île du Ramier, tu as peut-être été le joueur le plus rapidement adopté par le public toulousain...

Ce n'est pas à moi de confirmer cela, mais c'est flatteur. Peut-être que les supporters s'identifient à mon style de jeu. Je suis quelqu'un qui essaie de tout donner pour mes coéquipiers et mon club, et c'est sûrement ce qui leur plaît. Je suis conscient de mes qualités et de mes défauts. Mon objectif à chaque rencontre est simple : être le plus performant possible pour aider le TFC à l'emporter.

Plus tôt dans la saison, tu disais que tu n'étais pas forcément un leader. Cependant, lors de nos précédentes interviews, beaucoup de tes coéquipiers te citent souvent comme leader de vestiaire avec Max-Alain Gradel. As-tu changé de comportement, pris du galon ?

Je ne sais pas si je parle beaucoup plus dans le vestiaire qu'en début de saison mais il est vrai que je m'exprime. Mon poste m'oblige aussi à énormément communiquer. Mon expérience doit servir à l'ensemble du groupe. Ce groupe peut encore grandir et progresser. Je veux l'aider dans ce sens !

Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur tfc.info


Les chiffres à connaître

12 : c'est le nombre de buts encaissés à domicile par le TFC, ce qui en fait la troisième meilleure défense à domicile à égalité avec Montpellier juste derrière le Paris-Saint-Germain, premier, et Nantes, deuxième.

3 : l'OM est actuellement troisième au classement extérieur de la Ligue 1 Conforama. Les Marseillais n'ont connu que 3 défaites hors de leurs terres, à Paris, Monaco, et Lyon, soit uniquement chez des adversaires directs.

10 : Le TFC n'a pas gagné à domicile face à l'OM depuis 10 rencontres de Ligue 1 Conforama. La dernière victoire remonte à la saison 2006 - 2007, l'année de la qualification au tour préliminaire de la Ligue des Champions (victoire 3-0).

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques