Fil de navigation

Recherche

Flavien Trésarrieu pour L'Equipe

 

Ligue1

Pour François Moubandjé, dont l'équipe ne compte qu'un seul point sur la place de barragiste à dix journées de la fin du Championnat, une défaite contre Marseille ce dimanche soir ne coulera pas Toulouse.

 

«La série est positive parce qu'on ne perd pas trop et qu'on prend des points mais elle est négative parce qu'on n'avance pas beaucoup non plus.» Voilà un condensé, signé Giannelli Imbula, de la situation dans laquelle est plongé le Toulouse FC à dix matches de la fin de la saison. Depuis la nomination de Michaël Debève sur le banc, le 23 janvier, le club haut-garonnais, condamné depuis des mois à devoir lutter pour son maintien en Ligue 1, n'a perdu qu'une seule fois en six matches. Et encore, c'était face au Paris-SG sur une inspiration de Neymar (0-1, le 10 février). «Il y a eu un petit électrochoc, qui a changé le groupe. Le coach nous a apporté beaucoup de dynamique», pensait l'ex-Marseillais vendredi en conférence de presse.


Un seul succès en vingt matches contre l'OM

Mais Toulouse reste sur trois résultats nuls qui ne l'ont pas aidé à s'éloigner de la place de barragiste. Avec un seul point seul d'avance sur Troyes à l'heure de se frotter à l'OM, un troisième de L1 très en forme, le TFC aborde une rencontre cruciale face à un adversaire qui lui réussit rarement. «Tous nos matches sont capitaux, parce qu'on a vraiment besoin de grappiller des points, relativise François Moubandjé. Mais si on faisait un mauvais résultat contre eux, ça ne nous condamnerait pas. Avec Micha Debève, on est solides. C'est ce qu'il demande d'abord. C'est grâce à cette solidité qu'on peut aspirer ensuite à faire de belles choses devant.»

Même face à un adversaire contre lequel le TFC reste sur une seule victoire en vingt matches de L1 ? «C'est une grosse équipe, c'est dur de les jouer, reprend le latéral gauche suisse. Mais à domicile, on est costauds. On arrive à fournir de belles prestations face aux gros. Contre Paris, Monaco (3-3, le 24 février). Mais il faut savoir passer un cap, d'une belle prestation à un match gagné.»


La mauvaise réputation des supporters du TFC

Pour parvenir à un tel résultat, Toulouse compte s'appuyer sur sa fraîcheur physique, huit jours après son dernier match, à Metz (1-1). Un luxe dont sera privé le groupe de Rudi Garcia, l'entraîneur phocéen, après avoir joué jeudi en Ligue Europa (3-1 contre l'Athletic Bilbao). «Garcia fait assez peu tourner son équipe type, ce sera à nous de faire en sorte qu'ils ne retrouvent pas leurs jambes en début de match», a estimé vendredi Michaël Debève. «Les joueurs savent à quoi s'attendre, il ne faut pas se mettre plus de pression que ça. Pour l'instant, on la gère plutôt bien. Mais à partir de ce match, on va entrer dans une période critique.» Le technicien toulousain s'est satisfait de pouvoir compter sur un groupe quasi complet, où seuls manquent à l'appel Andy Delort (suspendu) et Quentin Boisgard (poignet).

Moubandjé espère alors profiter de la mini-série de deux matches à domicile, contre l'OM puis Strasbourg samedi prochain, pour remonter au classement. «Le public va nous aider à franchir un cap. Les joueurs essaieront de se surpasser avec un Stadium plein.» Avant la rencontre de ce dimanche soir, des groupes ultras du TFC ont appelé les supporters à se réunir trois heures avant le match dans le centre-ville pour se rendre au stade en cortège.

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques