Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Géraldine Jammet, J.Ca. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Une valse à trois temps : entame marseillaise, super-réaction toulousaine et finish victorieux de l'OM. Hier soir, on ne s'est pas ennuyés sur l'île du Ramier. Seule fausse note, en fait : le TFC n'a pris aucun point.

 


Leur volonté fut fête

Six ans quasiment jour pour jour. Une éternité dans le monde du ballon rond, en somme. Le Tef n'avait plus joué dans son antre en prime time un dimanche soir depuis le 12 février 2012. Pour les statisticiens, c'était contre Saint-Étienne et les Verts s'étaient imposés 1 à 0, sur un but d'Aubameyang à 20min de la fin… Tout ça pour dire que ce 41e TFC-OM de l'élite s'apparentait à un événement. Même avant le coup d'envoi, il y avait comme un petit quelque chose dans l'air. Joyeuses effluves. La marche des 500 supporters violets depuis le quai de la Daurade jusqu'au pont Garigliano (cf. Ladepeche.fr), arrosée de fumigènes à l'arrivée, était une autre belle preuve – qui annonçait la couleur…


Quelle force de caractère !

…D'une entame de fuego du côté ciel et blanc, à moins que ce ne soient les Téfécistes quelque peu inhibés par la pression. Vendredi, le coach Michaël Debève avait prévenu : «Il n'y a pas encore une énorme tension, mais elle va arriver dans deux-trois matches. Puisqu'on est à 10 journées du baisser de rideau.» En attendant, durant la moitié du premier acte, on ne vit que les Phocéens sur le terrain. Exerçant à leur guise dans les petits espaces avant de déclencher de plus grandes manœuvres. L'ouverture du score sur coup de pied arrêté, certes (0-1, 10e), et les quelques minutes de flottement qui s'ensuivirent (nouvelle tête de Gustavo, sortie magnifiquement par Lafont : 15e ; volée au ras de Germain, servi par Sarr : 18e) font alors craindre le pire. Remember Monaco : «Mon équipe a des ressources mentales, rétorque Debève, elle est à même de lutter.» D'égaliser joliment (1-1, 19e) à l'image à nouveau du 1-1 vs l'ASM avec le même centreur en la personne de Sylla ! Puis, petit à petit, d'équilibrer les débats.


Le temps des regrets

Résultat des courses et des comptes : après le repos, les occasions vont d'abord être toulousaines. La conséquence d'un pressing toujours aussi bon des locaux ; c'est-à-dire pas solitaire, d'où pas épuisant, axé sur les remises en jeu (notamment les touches dans le camp marseillais). De l'individuelle précieuse de Somalia (Sangaré, contrarié par son dos hier matin au réveil, pas sur la feuille) sur la rampe de lancement Luiz Gustavo. De l'utilisation de toute la largeur du pré, avec un côté gauche perforant et performant : Sanogo et gant de Mandanda (47), Sanogo et pied de Mandanda (62), double parade du gardien N°2 de l'équipe de France face à Imbula puis Mubele (64). Las, le banc de l'OM va faire la diff' : 35 secondes après être entré, Kostas Mitroglou reprend comme à la parade une offrande de Payet, lui aussi à peine sur la pelouse (1-2, 78e) !


Un coup dans l'eau

Il n'y a pas de dommages au classement (voir ci-dessous) pour un TFC qui a perdu dans l'histoire son stoppeur Jullien (suspicion de luxation acromio-claviculaire épaule gauche). Un joker grillé, quoi, pour la bande de Debève. Vivement samedi et la réception de Strasbourg !


Les buts

10e : coup franc concédé par Gradel le long de la ligne de touche, côté droit, Maxime Lopez le frappe à destination du point de penalty ; Luiz Gustavo s'élève plus haut que tout le monde et dévie de la tête vers le second poteau, entre les jambes de Diop. Lucas Ocampos qui «ferme», conclut de demi-volée du droit sous le ventre d'Alban Lafont (0-1).

19e : sur un raid d'Issiaga Sylla, flanc gauche, qui esquive Zambo Anguissa et centre au cordeau, Firmin Mubele passe devant Sakaï pour reprendre instantanément du gauche et tromper à contrepied, d'un tir décroisé, mi-hauteur, Steve Mandanda (1-1).

78e : Dimitri Payet, servi par Konstantinos Mitroglou, pas hors-jeu (défense toulousaine mal alignée), s'échappe aile droite et redonne sur la ligne des 5m50 à l'avant-centre qui conclut du gauche avec l'aide de la barre (1-2).

 

L'impérial Lafont n'a pas suffi


Lafont (14/20)

- Zen, le portier toulousain a bien anticipé la frappe de Zambo Anguissa (5) par une belle sortie aérienne. Mais à l'instar de sa défense, il a été bluffé par la reprise d'Ocampos (0-1, 10e). Pas démoralisé pour autant, il a pris ses responsabilités pour contrer une tête de Gustavo (15) qu'il a captée à l'horizontale sans sourciller. Impérial avec une double parade sur tête de Germain puis tir de Gustavo (74). Abattu après le but de Mitroglou que beaucoup ont, au Stadium, surtout côté téféciste, vu hors-jeu (1-2, 78e)…


Amian (12)

- Dès le départ, il a annoncé la couleur par un bon vieux tacle des familles (2) pour éloigner le danger marseillais. Pas loin de flirter avec la grâce dans certaines de ses récupérations, il s'est régalé avec Mubele sur un superbe redoublement de passes dans le couloir qui a mis à l'amende trois Marseillais (38).


Diop (11)

- Autoritaire dans ses récupérations (18), le capitaine a vu le ballon sur le but d'Ocampos (0-1, 10e) lui passer entre les jambes.


Jullien (10)

- En place, il a réussi à parer un assaut (18), puis un deuxième grâce à une belle parade de la jambe (39). Sortie sur civière (61e) : remplacé par YAGO qui se fend d'un contre de la tête sur un centre d'OCampos (72).


Sylla (9)

- Un peu largué sur la première occasion de l'OM (3), il peut se gargariser d'être l'auteur d'un centre bien senti du gauche à destination de Mubele qui l'a converti avec succès (1-1, 19e). Bon dans ses contestes (21). Remplacé par l'invisible DURMAZ (88e).


Somalia (10)

- Si ce n'est cette super ouverture sur la droite pour Gradel (28), il a plutôt été fantomatique en première période. À la reprise, il a laissé Rami et Sakaï sur le bas-côté après des dribbles venus d'une autre galaxie (63).


Cahuzac (12)

- Contrôle du pied et tête, le milieu factotum des Violets s'est vite imposé (3). Puis le Corse a enflammé le Stadium – et pas que ! – après un découpage chirurgical et surtout, en règles, de Sakaï (35). Mais Zambo Anguissa vengera son coéquipier en lui assénant à son tour une semelle à une cheville (43e, averti).


Imbula (8)

- Il fallait le chercher, l'ancien de l'OM, pour se rappeler qu'il était bien là avant les citrons. Il s'est fendu de quelques percées, a montré sa rapidité (2) et une belle synergie avec Sanogo mais pour pas grand-chose, in fine.


Mubele (13)

- Que dire de ce plat du pied gauche après le centre de Sylla ? Mubele signe ainsi sa 1re réalisation sous les couleurs du Téfécé et brise la série de trois matches sans but face à Marseille (1-1, 19e). Vite replacé, il a été remplacé (68e) par JEAN, en cannes.


Sanogo (9)

- Après être resté au repos à Metz, l'attaquant s'est montré impliqué en allant accrocher Mandanda dès le départ (5). Mais on a surtout vu l'ancien meilleur buteur de la Coupe du monde des moins de 20 ans, en 2013, vendanger des occasions béton. Comme cette remise de Diop avec la tête finalement déviée par Gustavo (33). Ou ce ratage devant un Mandanda sur le centre de Somalia (64).


Gradel (9)

- Il a manqué un «chouïa» de détermination. Il est coupable d'avoir concédé un coup franc à Lopez à la limite de la surface qui accouchera du but d'Ocampos (0-1, 10e). Très présent, il faut faire attention à ne pas brasser du vent (25). Et sa frappe cadrée (38) a été facilement repoussée par le gardien phocéen.

 

«Si on avait réussi à mener…»

Michaël DEBÈVE : «Je pense qu'il y a une équipe qui a été très efficace aujour-d'hui et c'est l'OM. Ils méritaient certainement cette victoire, or on a eu la possibilité de pouvoir mener face à un tel adversaire. Sincèrement, c'est un peu difficile pour les garçons par rapport au match qu'ils ont fait ce soir ; mais c'est la réalité du football. C'est une très mauvaise opération par rapport à notre objectif de maintien. On aurait pu faire basculer le match en notre faveur, c'est dommage, cependant Mandanda y est également pour beaucoup. Il va falloir prendre un maximum de points à domicile ; on peut être optimistes par rapport à ce qu'on a fait contre une cylindrée de la sorte.»

Rudi GARCIA : «On était venus pour gagner, on savait qu'il fallait revenir à 4 points du 2e (Monaco) et garder notre avance sur le 3e (Lyon), qui avaient vaincu tous les deux. C'est chose faite. On a très-très bien entamé la rencontre mais on a laissé cette équipe de Toulouse prendre confiance, égaliser et renaître. Heureusement, Steve (Mandanda) nous a tenus à flots et on a fait un résultat ce soir, à quatorze : les trois qui sont rentrés nous ont beaucoup aidés. C'est un match qu'on a gagné en équipe, grâce à notre état d'esprit et notre caractère. Dimitri (Payet), ce n'est pas que je m'en suis passé mais c'était dangereux de le faire jouer plus d'une mi-temps. Hier, il ne s'est pas entraîné, il avait une alerte musculaire. On avait décidé de faire un essai à l'échauffement pour voir s'il pouvait être au moins sur le banc. on s'est dit 20-25 minutes grand maximum et ça a suffi pour qu'il fasse la différence, on a plutôt bien géré.»

Corentin JEAN : «Il y avait la place pour prendre un point, au moins. Parce qu'on a su se procurer des occasions franches. Notre souci, ce soir, c'est de ne pas concrétiser nos temps forts. à 2-1 en notre faveur, ce n'aurait certainement pas été la même musique… C'est navrant, on laisse traîner des points en route à l'instar de samedi dernier à Metz (1-1) ! Bon, pensons déjà au match, de nouveau à la maison, samedi face à Strasbourg qui revêt davantage encore une importance cruciale. On n'a pas le choix : il faudra le remporter.»


«C'est une grosse déception»

Le TFC et ses dirigeants avaient pourtant convoqué leur porte-bonheur pour l'occasion. Auteur de deux saisons pleines de générosité et de buts importants, Johan Elmander faisait partie de la dernière équipe toulousaine à avoir battu l'OM. Ce 24 février 2007, l'international Suédois avait même inscrit un doublé pour offrir un succès net et sans bavure aux siens (3-0, 1 but d'Emana). Depuis ? Sept matchs nuls et. quatre défaites désormais. Dans un Stadium incandescent au coup d'envoi et malgré un tifo géant ou était inscrit «This is our city» («C'est notre ville»), les Toulousains ont d'abord déchanté. Malgré l'appel au peuple, on a beaucoup entendu les supporters marseillais et vu beaucoup de maillots blancs ou bleus dans le virage ouest quand Ocampos a ouvert le score (10e). «Pour moi qui suis Toulousain, ça me fait toujours mal de voir le Stadium comme ça», a d'ailleurs regretté Kelvin Amian, le défenseur toulousain.

Si l'égalisation de Mubele a redonné un élan aux Violets, c'est au final «une grosse déception car on a eu des occasions pour l'emporter mais leur but nous a tués, on a pris un gros coup sur la tête», regrette aussi l'international Espoir. «On est toujours déçu après une défaite et il va falloir se remettre la tête à l'endroit» estime pour sa part le milieu Alexis Blin. «Ils ont été meilleurs que nous sur la fin», consentira quant à lui Steeve Yago qui a «vu des choses intéressantes face à l'OM.»


«Comme une finale»

Comptablement ça l'est moins puisque ce but de Mitroglou, à dix minutes de la fin, met un terme à trois matchs sans défaite des hommes de Michaël Debève désormais à la tête d'un bilan de deux victoires, trois nuls et deux revers depuis sa prise de fonction il y a six semaines. Samedi prochain, face à Strasbourg, toujours à domicile, les coéquipiers d'Issa Diop n'auront pas d'autre choix que de prendre les trois points. Si l'OM ne boxe pas dans la même catégorie, les Alsaciens, si. Et ces confrontations face à des concurrents directes valent chères. Surtout quand on est 17e. «C'est comme une finale», estime Kevin Almian alors qu'Alexis Blin parle, lui, «d'un match couperet.»


Le chiffre : 11

ans> sans succès. Il faut remonter au 24 février 2007 et à un succès 3-1 grâce à des buts d'Elmander (2) et d'Emana pour retrouver trace d'un succès toulousain au Stadium face à l'OM. Depuis, le TFC a enchaîné 4 défaites et 7 matches nuls.

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques