Fil de navigation

Recherche

Géraldine Jammet pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

La terrible loi des séries. Onzième à la trêve, Strasbourg pointe aujourd'hui au quinzième rang du classement. Jusque-là, tout va bien diront certains. À ceci près que le prochain invité du TFC est le grand dernier de la phase retour.

D'emblée, il faut rappeler que les Violets s'étaient inclinés à l'aller (1-2), dans le Bas-Rhin. Un 16 décembre 2017 au soir qui avait même vu le ton monter entre les deux entraîneurs pour les «retrouvailles» du TFC et du Racing en L1. À peine plus d'un mois avant son départ, Pascal Dupraz avait alors invectivé son homologue sur l'arbitrage qui l'avait visiblement très mal pris au vu des images. Ça, c'est pour planter un décor fait, il faut le reconnaître, de carton-pâte. Car surtout dans le monde du ballon rond, la géométrie est plus que variable.

Depuis la 20e journée, c'est la dégringolade pour les hommes de Thierry Laurey. «Ça a débuté même avant avec la défaite à Metz (0-3)», note un «suiveur» du club depuis 23 ans. Soit un total de 8 défaites en 11 matches et 7 petits points de glanés. La semaine dernière, le Racing a passé la barre des 50 buts encaissés. «On n'est pas au fond du trou car derrière, ils font pire que nous», poursuit cette même source. Ça, c'est pour Metz qui était déjà bon dernier lors de sa victoire face à Strasbourg. L'exception qui confirme la règle.

Car le jeune promu dont l'histoire s'est égarée ces dernières années entre les affres de la Ligue 2, du National et même, de la liquidation administrative est «capable de tout : du meilleur comme du pire». Capitalisant peut-être la confiance d'une deuxième montée consécutive, c'est ce même Racing qui a fait plier le PSG le 2 décembre dernier (2-1). À l'automne, il avait tenu la dragée haute à Marseille (3-3, le 15 octobre 2017). Et pour la réception de Monaco, vendredi dernier, le public de La Meinau est reparti avec des motifs de satisfaction malgré la défaite (1-3).


Le capitaine Mangane absent

Pourtant, face à ses concurrents directs, c'est souvent plus compliqué. «Ils perdent à la dernière seconde contre Lille (2-1, le 28 janvier)», tempère le Strasbourgeois. Et là, le calendrier n'est pas de son côté. Après le déplacement de samedi à Toulouse, direction Metz pour avoir le dernier mot puis, cap sur Angers, réception de Saint-Étienne et match à Amiens. Ça promet.

D'autant que l'infirmerie est un peu à bloc. Absent depuis un mois, la lésion du quadriceps du capitaine Kader Mangane devrait nécessiter un mois de plus en termes de convalescence. Martin Terrier, prêté par Lille et qui s'est engagé avec Lyon à partir de la saison prochaine, reste sur le carreau à cause d'une pointe aux ischios droits. Suspendue dans tous les cas, «la pièce maîtresse» Kenny Lala souffre d'une déchirure aux ischios droits déclenchée lors de la réception de Monaco. Pour Dimitri Foulquier, c'est l'adducteur droit et Jérémy Grimm est suspendu. Dur, dur.

Surtout que la bande à Debève - et oui, ça aussi ça a changé en peu de temps ! - voudra forcément en découdre. «Si on est 17e cette année, je serais ravi», avait annoncé, en toute humilité, Thierry Laurey coupant ainsi la chique à certains commentateurs qui auraient même pensé à l'Europe. «Le club sait d'où il vient et n'a jamais cru qu'après une bonne passe, il était devenu irrésistible», estime l'expert du Racing depuis plus de vingt ans. Pour «le meilleur ou le pire».

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques