Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Pas besoin de dessin ni de discours, même court. Juste un chiffre : 2. Comme le nombre de points qui séparent les deux protagonistes du jour. Et comme le nombre de places entre-eux. Le Racing (31pts) est 15e ; le Téfécé (29pts), 17e. Autant dire qu'Alsaciens et Garonnais jouent dans la même cour, à maintenant 9 étapes de la ligne d'arrivée.

 

Oui, il reste 27 unités à glaner et rien ne sera acté en fin de soirée. N'empêche : l'urgence n'est pas forcément d'attendre. Autrement formulé, l'idée est de s'extirper le plus tôt possible du fond de la classe, dit grosso modo Michaël Debève. En ce sens, la formation de Laurey tombe à pic : les Toulousains ont là une belle occasion de passer devant.


Une croix sur l'almanach

«La laisser derrière et prendre de l'air, synthétise encore le nouvel entraîneur des Violets. Dans notre jargon, explicite ''MD'', on parle d'un match à 6 points. On avait ciblé ce rendez-vous depuis longtemps. C'est-à-dire avant même notre dernier revers face à l'OM dimanche au Stadium (1-2). Il s'agit de tout mettre en œuvre pour prendre les 3 points.»

Au détriment du contenu ? «La priorité, répète Debève, est de gagner. Après, si on peut y allier la manière, bien sûr que c'est toujours mieux.» Vaincre, pas forcément convaincre ; survivre surtout !


À portée de fusil

L'opération lancée en date du 22 janvier avec la nomination de l'ancien adjoint, a le mérite d'être claire. Pas facile pour autant, quand bien même le calendrier toulousain en a fini de voyager en haute-altitude.

«Après Paris-SG (10/02, 25eJ : 0-1), Monaco (24/02, 27eJ : 3-3) et Marseille, nous allons aborder suite à ce week-end, à domicile, une série d'adversaires qui boxent dans la même catégorie (suivront Dijon, Angers, Lille et Guingamp). En s'imposant chez nous, le maintien serait validé.» Arithmétique, encore, idéaliste également en tablant sur un carton plein : 29 unités + 15 autres = 44. CQFD.

En attendant, les Debève Boys s'attaquent à l'os strasbourgeois.

Pas si friable que ça malgré une incroyable séquence de 8 défaites sur les 11 dernières rencontres de Championnat – tant est si «bien» que le RCS se coiffe du bonnet d'âne depuis la reprise des hostilités début janvier : 20e.

«Cette équipe a été capable de battre le PSG, donc méfiance, tempère le technicien téféciste. Je rappelle justement qu'elle était un peu la surprise de la première partie. Thierry Laurey a plusieurs systèmes et les Alsaciens excellent en contres.»

La tactique du hérisson. C'est ce à quoi s'attend le coach du Tef. «Strasbourg va venir très regroupé, d'autant qu'il est décimé, et faire le dos rond pour tirer le nul. à nous de trouver la parade.»


Avoir faim au… début

à commencer, pour les protégés du Picard, par corriger leurs entames de mi-temps. «On manque de vigilance aux coups d'envoi, concède sans ambages le natif d'Abbeville. C'est un problème au niveau mental qu'il faut solutionner au plus vite. On ne peut pas se permettre de continuer à mal démarrer.» Et, ainsi, se mettre des courses à handicap. «On doit avoir le ballon, opine du chef Mika Debève, pour pouvoir se projeter.» Le coup d'œil dans le rétro est également vivement interdit : «Regarder derrière, se remémorer le match aller (1-2) serait la pire des choses…»

C'était quelques jours avant Noël et le TFC avait distribué quelques jolis cadeaux. Trois mois plus tard, l'embûche n'est plus de saison.


Cahuzac : «à 33 ans, je continue de grandir»

«Cahu, Cahu, Cahuzac…» Dimanche, le Stadium a chanté ses louanges au Corse de Toulouse. ça y est, il est définitivement adopté. Interview-express du milieu tout-terrain (1m78-70kg).

Yannick, l'échec olympien est-il digéré ?

Un peu difficile le lendemain, toujours. Après, on a bien travaillé la semaine et je ne vois pas pourquoi on ne répondrait pas présent.

Il vous a manqué du gaz sur la fin, non ?

Je ne sais pas. En tout cas, le second but nous fait beaucoup de mal. Ensuite on a un peu péché.

On apprend d'une telle défaite ?

Bien sûr. Si on a encaissé des buts, c'est qu'on a commis des erreurs. On les a revues à la vidéo pour ne pas les reproduire.

Le programme des réjouissances devient abordable…

…mais ce sont quand même des équipes devant nous (sauf Lille). Il faudra bien appréhender les échéances mentalement et être prêts physiquement.

ça se joue dans la tête ?

Se trouver dans une situation délicate est usant ; ça pompe de l'énergie.

Vous êtes un peu le maillon fort du TFC depuis fin janvier.

Je préférerais qu'on soit tous individuellement moins performants et que comptablement on ait plus de points.

En première période, quand vous «bouchonnez» Sakaï, le virage Est s'est mis à scander votre nom. Chaud au cœur !

(sourire) Honnêtement, j'étais dans mon match, je n'ai pas fait attention.

Vous allez au mastic et prenez pas mal de coups mais vous vous relevez : «Souvent touché, jamais coulé», c'est un peu votre devise si on ose ?

Par mon tempérament, j'essaye simplement d'amener ce que je peux à l'équipe. En gommant mes défauts afin de ne pas me pénaliser. Ou mes coéquipiers. Vous vous êtes canalisé…

à 33 ans, j'apprends encore. J'espère continuer de grandir.

Strasbourg, match capital ?

Comme le sera Lyon, Dijon, etc. On ne doit passer à côté d'aucun.

Revanchards par rapport à l'aller ?

Vis à vis de notre classement, plutôt.

 

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques