Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Trois saisons tronquées d'emblée par une grave blessure au genou droit (ménisque externe fracturé) ; n'empêche, une belle impression laissée sur l'île du Ramier entre 2009 et 2012. «Juste» milieu, Devaux, 30 ans, a prolongé cet été en Champagne. Il raconte.

Le portable n'est pas son dada, mais lorsqu'on arrive à coincer l'intéressé, Antoine Devaux vaut le détour. Né à Dieppe, l'ancien pensionnaire de Ligue 2 à Boulogne (2008-2009, année de l'accession en élite), détonne dans le… milieu. Car il dit ce qu'il pense. Un bon client doublé d'un jou-eur intelligent (1m85-70kg). Le Normand, titulaire indiscutable de la formation qui résiste à l'ogre Paris (2e à 3pts, meilleure attaque ex æquo avec 7 buts), présente l'affrontement.

 

Antoine, Reims a fait sa mue : de queue de peloton au printemps dernier, le Stade est aujourd'hui «qualifiable» en Ligue des champions !

On profite, on profite… Il y a des sourires et beaucoup de joie après une année très compliquée. Au foot, le bonheur est éphémère, aussi on ne s'enflamme pas ; mais ça fait chaud au cœur. Je pense que nous y verrons plus clair à l'aune de la prochaine trêve internationale. D'ici là, on aura quand même joué Toulouse donc, reçu le PSG, été chez le promu Angers, accueilli Lille et terminé à Lyon.

 

En plus, votre classement n'est pas le fruit du hasard. Puisque vous avez gagné à Bordeaux (2-1), battu l'OM (1-0) et, avant la coupure, cartonné Lorient (4-1).

Tout à fait. On n'a volé aucun point. Nous avons livré des rencontres cohérentes.

 

Les Rémois peuvent avoir les crocs, alors…

Pour l'instant, tout va bien ; on fait les efforts ensemble. Cependant, je rappelle qu'en décembre on était 9es avec 28 points et qu'à la reprise on s'était complètement effondrés. C'est parti dans tous les sens.

 

Comment rétrospectivement expliquer un tel glissement ?

Dieu sait si je ne suis pas fan de ce genre de pratiques… Or, il y avait un malaise et l'éviction du coach (Jean-Luc Vasseur) a entraîné un déclic et la réaction de pas mal de monde. Le groupe s'en est trouvé transformé. La prise de conscience, même tardive, aura été bénéfique. Et l'état d'esprit ne s'est pas évaporé pendant l'été.

 

Normal, il n'y a pratiquement pas eu d'arrivées, non ?

Certes, mais les quelques recrues (Turan, Kankava, Bulot) amènent une vraie concurrence dans chaque ligne. D'aucuns installés dans leur petit confort, ont dû se secouer. Puis Olivier Guégan a lancé des jeunes : Siebatcheu, Kyei.

 

Tiens, un mot sur le «sauveur» Guégan.

Il me fait penser à Casa(nova) : simple et efficace. Il entraîne comme il était joueur. Pas de fioritures à la clé. Pas de passe-droits non plus, c'est la prime à la performance quoi.

 

Si on reparle mercato, votre prolongation pour 3 ans début juin a pu surprendre étant donné que vous aviez affirmé être tenté par un challenge à l'étranger…

Vous avez raison : j'ai été blessé (déchirure ischio-jambiers droits), j'ai raté avril et mai. J'avoue qu'il n'y a pas eu spécialement de propositions. Je n'allais pas attendre mi-août… puis j'avais aussi dit que si je poursuivais en France ce serait à Reims.

 

Il vous restera un dernier contrat derrière ?

Ou deux. On verra quelle forme je tiendrai à 33 ans – en février j'ai intégré la sacrée famille des trentenaires. On verra aussi la reconvertion qui m'attend.

 

Dans le monde du ballon rond, on imagine ?

Non. Pas du tout. J'ai une chouet-te vie de footballeur, après je serais ravi de changer de branche. Dans le golf dont je suis assidu, mordu même. Ou le vin, je suis un grand épicurien.

 

Et un milieu tout-terrain à l'aise dans votre 4-2-3-1…

Je m'y sens bien, oui. C'est un schéma qui me laisse des libertés autant offensives que défensives. Dans le style «box to box» com-me en Angleterre, c'est-à-dire d'une surface à l'autre.

 

Continuons tactico-tactique. Que pensez-vous du dispositif toulousain en phase d'attaque, le sapin de Noël (4-3-2-1) ?

On a étudié tout ça ces jours-ci. Il y a des choses pour les contrer (sourire). Je ne vais pas vous en dire plus, forcément…

 

Vous avez quitté la Ville rose en mai 2012. Vous continuez à suivre les perf' de Toulouse ?

Bien entendu. Et pas que du foot. J'ai pas mal d'amis rugby là-bas. D'ailleurs, avec ma femme, on se verrait bien s'installer sur les bords de Garonne une fois mes crampons raccrochés.

 

Comment jugez-vous le début de saison téféciste ?

Pas chanceux, parce que leurs matches se sont joués à pas grand-chose. On est méfiants, surtout chez eux où mes coéquipiers n'ont jamais gagné !

 

Le Stadium, nostalgique ?

Plus maintenant. Cela m'avait fait un petit truc la première fois.

 

C'est tout de même le théâtre de votre premier but en L1.

Je me souviens. C'était face à Lille, fin septembre 2010 (le 26, exactement). De son côté droit, Yannis Tafer me lance le long de la ligne des 16m50, je pique au-dessus de Landreau : j'égalise 1-1 à la 75e.

 

Vous avez gardé contact avec qui ?

Pantxi (Sirieix) évidemment, étienne (Didot) également. Même si on ne s'appelle pas tous les jours.

 

Et Dominique Arribagé ?

Je l'avais eu pas mal de fois au téléphone au moment de mon transfert. Sa nomination m'a interpellé, je ne savais pas qu'il en pinçait pour le métier de coach.

 

Des nouvelles de l'autre ancien de la Maison violette, Momo Fofana ?

Au placard sous Vasseur, il aura été un des grands artisans du sauvetage. Malheureusement, pour l'instant, il pâtit du repositionnement dans l'axe de Mandi.

 

Au fait, votre barbe…

J'ai eu envie de changer de tête il y a un an. Et ça va durer !

 


Matheus et Vidal «out» 2 mois !

Deux tuiles pour le prix d'une, si on ose : en délicatesse avec ses adducteurs, le latéral gauche brésilien William Matheus a été opéré la semaine dernière d'une hernie inguinale ; il sera indisponible jusqu'à début novembre. Mercredi après-midi, c'est Marc Vidal qui s'est fracturé le 5e métacarpe de la main droite. Le 3e gardien, qui n'a pas subi d'intervention, est immobilisé 1 bon mois.

Doumbia saura le 15 septembre

En ce qui concerne Tongo Doumbia, pas retenu à Rennes suite à sa condamnation à de la prison ferme pour délits routiers, il «peut» jouer ce samedi – a indiqué l'entraîneur Dominique Arribagé. Le milieu de terrain malien passera devant le Juge d'application des peines mardi prochain pour savoir s'il portera ou pas un bracelet électronique.

Résultats 2017 / 2018

Calendrier

Classement Ligue 1 saison 2017 / 2018

Classement

Sources et partenaires du site

Partenaires

Effectif professionnel saison 2017 / 2018

Effectif

Transferts saison 2017 / 2018

Transferts

Statistiques championnat

Statistiques